Nigeria: six morts dans un nouvel attentat-suicide à Kano

Six personnes ont été tuées mercredi dans un attentat-suicide perpétré par une femme kamikaze sur le campus d'une université de la ville de Kano, la plus grande ville du nord du Nigeria. C'est la sixième attaque menée à Kano en une semaine, dont quatre ont été perpétrées par des femmes kamikazes.



Des officiers de sécurité à l'entrée du campus de l'école polytechnique de Kano, dans le nord du Nigeria, après l'attentat-suicide perpétré par une femme, le 30 juillet 2014. REUTERS/Stringer
Des officiers de sécurité à l'entrée du campus de l'école polytechnique de Kano, dans le nord du Nigeria, après l'attentat-suicide perpétré par une femme, le 30 juillet 2014. REUTERS/Stringer

L’attaque s’est produite ce mercredi aux alentours de 14h30, heure locale, à l’université de Kano. Selon le porte-parole du gouvernement, Mike Omeri, une jeune femme s’est fait exploser à l’école polytechnique tuant six étudiants qui étaient rassemblés devant un panneau d’affichage sur lequel était affichées les listes de ceux appelés pour le Service national pour la jeunesse (NYSC).

RFI a pu joindre Salis Kadir Indabawa qui travaille au NYSC. Il était sur les lieux au moment de l’attentat.

« Il était environ deux heures de l'après-midi. On a remarqué une femme qui portait une longue robe. En ce moment, nous sommes en train d'inscrire les gens au service national pour la jeunesse. Elle a saisi cette occasion pour se fondre dans la foule des jeunes qui venaient s'inscrire sur la liste. Elle était jeune. Au moment ou elle est entrée, on a entendu une bombe. On est sorti de notre bureau et on a vu qu'il y avait des gens qui étaient morts, d'autres qui étaient blessés. Je me suis enfui en courant quand j'ai vu ça. Et puis, au bout de 10 mn, les services de sécurité sont arrivés et ont emmené ces blessés à l'hôpital », a témoigné Salis Kadir Indabawa.

Une fillette de 10 ans arrêtée à Katsina avec une ceinture d'explosifs

C’est la quatrième femme kamikaze qui sévit en moins d’une semaine. Ce mercredi, les autorités ont par ailleurs annoncé que les forces de sécurité ont arrêté, hier mardi, à Katsina – toujours dans le nord du Nigeria – trois membres présumés du groupe islamiste Boko Haram dont une jeune fille de 10 ans portant une ceinture d’explosifs.

Des femmes kamikazes. Le phénomène est nouveau et soulève de nombreuses questions. Qui sont ces jeunes filles ? Où ont-elles été recrutées ? Impossible de ne pas faire le parallèle avec les nombreux enlèvements d’adolescentes perpétrés ces quatre derniers mois dans l’extrême-nord est du pays.

Les membres du mouvement « Bring Back Our Girls » ne cachent d’ailleurs pas leurs inquiétudes dans la presse et dans les réseaux sociaux. Les activistes disaient, récemment, craindre que les lycéennes de Chibok, enlevées au mois d’avril dernier, ne servent de boucliers humains pour épargner les combattants islamistes.

Source : Rfi.fr



Jeudi 31 Juillet 2014 - 05:57



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter