Nigeria: un sommet africain à Paris pour tenter de contrer Boko Haram

François Hollande a proposé hier, dimanche 11 mai, la tenue d'un sommet africain à Paris samedi prochain pour évoquer les questions de sécurité en lien avec Boko Haram. Une annonce qui fait suite à la mobilisation internationale après l'enlèvement de plus de 200 lycéennes par le groupe islamiste au Nigeria.



Le président nigérian, Goodluck Jonathan, lors du Forum économique mondial à Abuja, le 9 mai 2014. REUTERS/Afolabi Sotunde
Le président nigérian, Goodluck Jonathan, lors du Forum économique mondial à Abuja, le 9 mai 2014. REUTERS/Afolabi Sotunde

La réunion doit avoir lieu samedi prochain, le 17 mai, à Paris. Le président français l'a annoncé dimanche lors d'une rencontre avec la presse à Bakou, en Azerbaïdjan. « J'ai proposé, avec le président nigérian Goodluck Jonathanune réunion des pays limitrophes du Nigeria », a déclaré François Hollande.

Goodluck Jonathan  se rendra bien à Paris, a confirmé le porte-parole du président nigérian, Reuben Abati :

« Le président Hollande a appelé le président Jonathan cette semaine. Au cours de l'entretien, ils ont discuté de la tenue d'un sommet à Paris. Donc, bien entendu, le président Jonathan sera là puisque la France organise ce sommet pour nous venir en aide au moment où nous en avons besoin et pour mettre fin au cauchemard qu'est l'enlèvement de ces lycéennes. »

 → A (RE)LIRE : Nigeria: face à Boko Haram, le pouvoir et l’armée dépassés

Au moins cinq pays africains seront présents pour évoquer les problèmes de sécurité en lien avec l'activité de Boko Haram dans le pays, indique l'entourage de François Hollande : le Nigeria, le Tchad, le Cameroun, le Niger et le Bénin.

Une annonce qui intervient alors que plus de 200 adolescentes sont toujours entre les mains du groupe islamiste, près d'un mois après leur enlèvement. Mais comment la tenue d'un sommet à Paris peut-elle aider à retrouver des lycéennes qui sont retenues en otage, vraisemblablement dans une forêt au nord-est du Nigeria ?

« Le terrorisme - et en particulier les insurgés de Boko Haram - représente une menace transfrontalière, justifie le porte-parole du président nigérian. Souvent, les pays voisins, le Niger, le Tchad, le Cameroun et même le Bénin ont signalé à un moment ou à un autre que des insurgés avaient passé leur frontière et des informations font état que certains insrugés opèrent de part et d'autres des frontières. Donc l'un des objectifs de ce sommet est selon moi de renforcer la coopération qui existe entre nos pays ».

De nombreux pays, de par le monde, ont apporté leur soutien au Nigeria. Après l’intervention de Michelle Obama à la télévision américaine samedi, hier, le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahu a proposé l’aide de son pays pour « localiser » les jeunes filles enlevées. Des équipes américaine, française et britannique sont déjà sur le terrain dans ce but.

Source : Rfi.fr
 



Lundi 12 Mai 2014 - 10:30



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter