Non Au Mur : Ce combat citoyen qui a fini par faire tomber le « mur de la honte »



Non Au Mur : Ce combat citoyen qui a fini par faire tomber le « mur de la honte »
Dans une démocratie digne de ce nom, le pouvoir doit être dans la recherche permanente d’un équilibre entre la prise en compte de la majorité et la défense des intérêts des minorités.
 
Lorsque le gouvernement a pris la décision « illégale et illégitime » d’octroyer un permis de construire à l’ambassade de Turquie, un collectif de citoyens s’est spontanément  créé autour du slogan « Non au Mur ».
 
Dans ce combat long et harassant, ces jeunes activistes et citoyens engagés se sont presque sentis minoritaires et abandonnés dans  une cause qui devait mobiliser tous les citoyens de ce pays.
 
Ce combat n’avait pas été mené pour les intérêts égoïstes d’une personne ou d’une autre entité privée. Ce combat citoyen n’était porté par aucun des partis politiques, ni par le conseil économique social et environnemental du Sénégal, ni par l’Assemblée nationale, ni par aucune de ces institutions censées… assurer la sauvegarde et la défense des intérêts de la population sur les questions environnementales.
 
Le Collectif « Non au Mur » n’a reçu aucune aide financière ni aucune subvention d’une quelconque ONG ou entité privée. Ce combat fut neutre, spontané et porté depuis le début par de "simples" patriotes conscients de leur citoyenneté et engagés dans leur rôle de lanceurs d’alerte et de sentinelles de la démocratie.
 
Ils n’avaient pour "arme" que leur courage, leur détermination et leur conscience citoyenne.
 
C’est donc à partir de Facebook et Twitter (outils puissants dont nos gouvernants n’ont pas compris toute la force et l’impact) que les premières alertes ont été lancées contre ce projet de construction et d’agression de notre littoral. C’est ensuite sur ces toiles virtuelles que la mobilisation a donné rapidement vie au Hashtag #NonAuMur qui s’est ensuite transformé en une cause portée par une vingtaine de jeunes activistes.
 
Ce petit groupe a fini par devenir une grande famille d’une centaine de personnes toutes motivées, engagées et animées de la volonté de faire tomber ce qui s’appellera le "mur de la honte".  
 
Ce combat non violent a été mené dans le respect, la détermination, la bonne information, la permanence du discours, la sensibilisation mais aussi la mobilisation physique.
 
Aujourd’hui que le mur vient de tomber, il ne s’agit pas chercher à accorder une paternité à cette victoire car c’est la victoire du mouvement citoyen. C’est la victoire de tout le peuple sénégalais.
 
Ce n’est pas le fait de citer les noms des initiateurs du Collectif qui fera d’eux des personnes à remercier ; c’est le mouvement d’ensemble et la dynamique citoyenne derrière cette cause qu’il faut saluer. C’est cela le plus important.
 
Nous n’allons pas revenir sur plus quatre (4) demandes de manifestations qui ont été rejetées par le Préfet de Dakar. Nous n’allons pas revenir sur l’ignorance et le rejet de notre demande d’audience par l’ambassadeur de la République de Turquie. Au contraire, lui réaffirmons notre considération et lui disons « dalal ak jàm » chez nous, le pays de la Teranga et nous  réjouissons par avance de venir assister à l’inauguration de sa future ambassade à Dakar… sur un autre site mais placé ailleurs que sur notre littoral.
 
Nous n’allons pas revenir sur les randonnées pédestres et les "sit-in" réprimés par Notre police nationale qui trouvait plus important de garder un mur illégal que de veiller sur la sécurité et la protection des citoyens. Nous n’allons pas revenir sur ce déplorable épisode avec l’arrestation de plus d’une vingtaine des membres de notre collectif. Nous n’allons pas parler de l’interdiction de filmer ou de prendre des photos de la partie de Notre corniche ouest qui abritait le « Mur de la honte ». Nous vous épargnons tous ces détails aujourd’hui.
 
Nous n’allons pas remercier le Président de la République Monsieur Macky Sall. Il a fait ce pour quoi il a été élu par la grande majorité des Sénégalais. Il a su écouter son peuple aussi, nous l’encourageons à considérer davantage tous ces jeunes citoyens engagés qui ne doivent pas être vus comme des « opposants politiques » mais comme d’authentiques patriotes.
 
Nous n’allons pas remercier les activistes et citoyens engagés qui ont mené ce combat. Ils n’ont fait que leur devoir de citoyens modèles et nous les encourageons à se positionner pour accompagner l’Etat à préserver les intérêts des populations.
 
Par contre, nous tenons à remercier toutes les personnes qui n’étaient pas d’accord avec nous et qui ont eu le courage de l’affirmer. Ils n’ont fait que renforcer notre détermination et notre résistance face aux tentatives de récupération ou de déstabilisation. Au contraire, ce qui est effrayant, « ce n’est pas l’opposition des méchants, c’est l’indifférence des bons ».
 
Enfin, au-delà de ce « mur » se cachent d’autres murs, plus nombreux, plus épais et plus hauts car « tous les progrès sont précaires et la solution d’un problème vous conforte à un autre problème. » (Martin Luther King).
 
Nous invitons donc les autorités compétentes à continuer de faire l’inventaire pour identifier toutes les agressions et constructions sur le long du littoral sénégalais. Ces espaces nous appartiennent ainsi qu’à nos futurs enfants. Nous invitons nos représentants à l’Assemblée nationale à adopter ce projet de loi visant à protéger le littoral Sénégalais. Enfin, nous invitons nos compatriotes et leur disons ceci : « engagez-vous » ! 

Collectif "Non au Mur"

Mardi 3 Juin 2014 - 16:13



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter