Nord du Mali: un fragile dialogue semble s’amorcer

Il s'agit peut-être d'un nouveau pas vers la réconciliation au Mali. Le gouvernement malien a donné son feu vert à une première initiative : tous les groupes armés du Nord (touaregs, arabes et sédentaires) sont en réunion à Bamako pour parler de la stratégie à arrêter pour les prochaines discussions de paix avec le gouvernement malien. Et ce, malgré les récents accrochages entre le MNLA et les forces armées maliennes.



Nord du Mali: un fragile dialogue semble s’amorcer

Même si ce sont des pré-consultations, c’est une véritable première de voir les représentants des différents mouvements armés du nord du Mali assis autour de la même table dans la capitale malienne. Tous ces groupes armés engagent une réflexion commune devant servir de base au processus de réconciliation annoncé par le président de la République du Mali.

Parler d'une seule voix

Dans les couloirs de la rencontre qui se déroule à huis clos, certains avancent même que les mouvements armés touaregs, arabes et même sédentaires, ont intérêt désormais à parler d’une seule voix face gouvernement malien.

Aucun sujet tabou

« Unis dans les revendications, nous serons plus forts », explique ainsi un délégué. Tous les participants ont un point commun : ils réclament plus de développement pour leur région. Des dossiers précis sont sur la table comme la gouvernance ou la politique de décentralisation de gestion des régions. Aucun sujet n’est tabou. Le gouvernement malien encourage l’initiative de la rencontre, tout comme l’ONU. La modération des débats est assurée par Mohamed El Moctar, ancien ministre malien, originaire du Nord, très au fait, donc, de la situation dans cette partie du territoire national.


Rfi.fr

Mardi 17 Septembre 2013 - 10:38



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter