«Nos avocats ont reçu instruction d’attaquer le décret…», Moussa Tine d’Entente Cadak Car

Abordant la gestion des déchets solides dans la région de Dakar, Abdoulaye Diouf Sarr a annoncé hier la mise en place du Programme national de Gestion des Déchets solides (PNGD), d’un coût de 17,5 milliards de francs CFA. Ce, pour une «gestion efficace et durable des déchets». C’est ainsi que par décret n°2015-1703 du 26 octobre2015, la décision a été prise de transférer la compétence sur la gestion des déchets solides urbains de la Région de Dakar à l’Unité de Coordination de la Gestion (UCG). La réponse n’a pas tardé du côté de l’Entente Cadak Car où le Directeur général, Moussa Tine annonce que la Cour suprême va être saisie.



«Nos avocats ont reçu instruction d’attaquer le décret…», Moussa Tine d’Entente Cadak Car
L’entente Cadak par la voix de son Directeur général, estime que le ministre des Collectivités locales les a écarté du processus et de ce fait, il n’a pas la bonne information. «On s’entendait à ce que l’autorité centrale nous convoque pour nous demander notre avis sur les questions qui ont été posées. Aujourd’hui, l’autorité centrale ne sait pas qu’il y a des cadres qui sont recrutés et qui sont chargés d’exécuter la politique définie en matière de gestion des ordures dans le département… », déclare Moussa Tine.

 
Face à la presse, ce mardi, le DG renseigne que «le président de l’entente Cadak car a déjà pris des décisions, la première a été de saisir les autorités pour relever les réserves qu’il a et la lettre a été envoyée aujourd’hui. Et à côté de cela, nos avocats ont reçu instruction d’attaquer le décret portant transfert de la compétence au niveau de la Cour suprême pour l’annulation du décret pour violation de la loi notamment violation du Code général des collectivités locales». 


Mardi 27 Octobre 2015 - 19:24




1.Posté par Fr c le 28/10/2015 19:21
c est le résultat de l 'entente Cadak

OUI

L état doit prendre en charge tout le nettoyage de Sénégal

lorsque l on voit la saleté de Dakar de Rufisque

Les villes les plus désagréables à vivre:

11. Dakar (Sénégal)

La capitale sénégalaise qui est l´une des villes les plus importantes de l´Afrique occidentale obtient une mauvaise note dans le domaine de la santé (41,7)

et des infrastructures (37,5).

Selon une source de la World Bank Group’s International Finance Corporation,

“environ 65% des habitants du Sénégal n’ont aucune couverture santé”.

Dakar possède de belles plages et de beaux immeubles administratifs mais la pauvreté, l´insécurité et le chômage des jeunes prennent en otage la beauté de la capitale sénégalaise qui jadis autrefois faisait rêver beaucoup d´africains et européens.

des tas d’ordures esthétiquement répartis dans toute la ville ,qui prennent tout leur charme pestilentielle juste après une pluie d’hivernage

c est un problème de salubrité publique

Une campagne de sensibilisation est urgente car au-delà de l’aspect esthétique et des odeurs pestilentielles, la population est en danger car ces tas d’ordures qui peuplent Dakar sont une atteinte à la santé publique

l' état doit nommer une équipe compétente avec des objectis et de moyens afin de provoquer un éléctro choc

Mettre du matériels adéquats

il faut responsabilisé chaque sénégalais (peut être aller jusqu a la sanction , par exemple --- les faire nettoyer les rues pendant plusieurs jours )

c’est la perte de valeurs qui se poursuit à travers ses gestes indécents.

Des gestes qui découragent mêmes les travailleurs qui sont chargés de la propreté de la ville. IL faut une nouvelle équipe pour les remotiver

Les autorités compétentes auront beau verser des milliards pour la rendre propre,

aucun résultat positif ne sera enregistré s’il manque le petit réflexe consistant à regarder quelque pour voir une poubelle ou à la limite à tenir ses saletés dans un sachet pour les amener dans un endroit approprié.
https://unetoubabadakar.wordpress.com/tag/insalubrite-salete/

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter