« Nous ne comprenons pas cet acharnement… », (avocat d'Aïda Ndiongue)



Me Seydou Diagne était aux côtés de sa cliente convoquée à la Cour de Répression de l’Enrichissement Illicite (CREI), ce vendredi matin. La robe noire parle d’ «acharnement ». «Nous ne comprenons pas cette restriction de la liberté d’Aïda Ndiongue, cet acharnement encore une fois de l’Etat du Sénégal sur un adversaire politique, membre de l’opposition à la suite d’une déconvenue judiciaire avec cette décision de relaxe du Tribunal correctionnel », rage le conseil. Ce, d’autant plus que lance-t-il : «Aïda Ndiongue est déjà sous contrôle judiciaire du Doyen des Juge d’Instruction (DJI) ». Le fait est donc établi, selon lui que sa cliente «ne peut pas voyager sans autorisation ».


Et explique Me Seydou Diagne : Aïda Ndiongue a donné son passeport depuis plus d’un an et demi au DJI. Elle est bien sous le contrôle de la Justice et elle a l’obligation de passer tous les mois chez le greffier du DJI pour montrer qu’elle est bien sur le territoire». La défense de la responsable libérale se demande dès lors «pourquoi un contrôle judiciaire au Tribunal et un nouveau contrôle judiciaire ici à la CREI ». «Deux contrôles judiciaires pour un même citoyen pour quasiment la même affaire,  c’est trop », scande le conseil. Dans tous les cas, les avocats de l’ancienne sénatrice vont se réunir dès ce lundi pour élaborer la suite qu’ils comptent donner à l’affaire. A suivre. 


Vendredi 5 Juin 2015 - 16:01



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter