Nouveau pic de décès dû au virus Ebola en Afrique de l’Ouest

Nouveau bilan inquiétant pour de l'épidémie d'Ebola en Afrique de l'ouest : l'Organisation mondiale de la santé rapporte qu'elle a relevé 68 nouveaux décès dus aux virus, entre le 8 et le 12 juillet, en Sierra Leone, au Liberia et en Guinée. Dans un précédent bilan couvrant la période du 2 au 6 juillet, l'OMS avait fait part de 25 décès. Malgré le sommet organisé à Accra, au début du mois, les nouvelles mesures tardent à montrer leur efficacité.



Des médecins pratiquent des prélèvements de sang à Kenema, en Sierra Leone, le 30 juin 2014. REUTERS/Tommy Trenchard
Des médecins pratiquent des prélèvements de sang à Kenema, en Sierra Leone, le 30 juin 2014. REUTERS/Tommy Trenchard

Selon l'OMS, la Sierra Leone est le pays le plus touché : 52 personnes sont mortes du fait du virus entre les 8 et 12 juillet. 13 morts ont été comptabilisés au Libéria et trois en Guinée. En tout, 85 nouveaux cas d'Ebola ont ainsi été enregistrés sur cette période, dont 68 mortels.

Il s'agit de la plus grave du genre attribuée au virus Ebola, crise qui avait donné lieu au sommet de l'OMS début juillet, tenu à Accra, pour mettre en place des mesures renforcées. Depuis, les chiffres sont scrutés, et ce dernier bilan laisse planer des inquiétudes. L'OMS prévient que l'épidémie pourrait se prolonger encore « sur plusieurs mois. »

Pour Marie-Christine Ferir, responsable des urgences pour Médecins sans frontières, ce bilan s'explique par le caractère transfrontalier de la crise, dans des régions où les déplacements sont nombreux. Elle insiste sur le besoin d'harmonisation des politiques de sensibilisation pour obtenir plus d'efficacité dans cette lutte.

Bilan contrasté

Joint par RFI, l'un des responsables de l'OMS tempère. Tarik Jasarevic est en ce moment en Guinée où les cas sont en diminution, notamment car les opérations ont eu plus de temps pour être implantées, l'épidémie y ayant démarré en mars. En Sierre Leone où Tarik Jasarevic s'est rendu la semaine dernière, le dispositif de réaction est encore en cours de mise en place. L'épidémie s’y est déclarée en mai, dans des villages reculés, difficile d'accès. L'OMS continuera de publier ses bilans sur l'épidémie une fois par semaine.

Source : Rfi.fr



Mercredi 23 Juillet 2014 - 10:17



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter