Nouvelle vague d’arrestations en Ouganda, Museveni verrouille

Une trentaine de personnes militaires et civils ont été arrêtées en Ouganda cette semaine. De nouvelles interpellations qui viennent confirmer la tension sensible dans le pays depuis les élections. Réélu lors d’un scrutin critiqué par les observateurs en février dernier, Yoweri Museveni semble vouloir assurer ses positions.



La liste des arrestations de ces dernières semaines est longue. Elles visent principalement l’opposition dont le leader Kizza Besigye est en prison depuis le 11 mai dernier. Une question soulevée vendredi par le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon.
 
Mais l’armée est aussi ciblée. Parmi les 30 personnes arrêtées cette semaine, un certain nombre de soldats. Au sein de l’armée, beaucoup seraient désormais pour l’opposition, affirme une source proche du dossier. D’après la presse locale, Yoweri Museveni a recomposé récemment son équipe de conseillers militaires. Il a également promu son fils au rang de major-général. David Muhoozi est à la tête des forces en charge de la sécurité du président.
 
Les forces de l’ordre sont toujours très visibles dans la capitale. Il n’est d’ailleurs pas rare de voir la police militaire, en charge des situations de crises, patrouiller à Kampala. « C’est bien pour la sécurité », a réagi le porte-parole de l’armée Paddy Ankunda, confirmant à demi-mot qu’il en va aussi de la sécurité du président.
 
De son côté Yoweri Museveni abat ses cartes politiques. Il a dévoilé son nouveau gouvernement cette semaine. Dans cette liste, des fidèles mais aussi, stratégiquement, des figures de l’opposition.


Source: Rfi.fr



Dimanche 12 Juin 2016 - 08:46



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter