Nucléaire: l’Iran annonce des discussions avec Washington et Moscou

L'Iran va mener des discussions séparées et sans précédent avec Washington et Moscou sur le dossier nucléaire. D'abord avec les Etats-Unis à Genève, puis avec la Russie à Rome. Elles visent à préparer, voire accélérer les négociations avec les grandes puissances du groupe 5+1 à Vienne le 16 juin. C'est la première fois que l'Iran choisit de discuter directement avec Washington sans la présence des autres pays. « Ce sera une bonne occasion pour nous d'échanger nos points de vue », a déclaré un responsable américain.



L’annonce de deux jours de négociations directes avec les Etats-Unis, lundi et mardi, sur le dossier nucléaire, à Genève, est une réelle surprise. En effet, les contacts entre les deux pays se sont toujours déroulés en marge des négociations plus larges avec les pays du groupe 5+1. C’est donc la première fois que l’Iran et les Etats-Unis discutent directement sans la présence des autres pays.

Surtout, la délégation américaine sera menée par le sous-secrétaire d’Etat américain William Burns, ce qui veut dire que les négociations entrent dans une phase décisive. William Burns avait été l’architecte de l’accord intérimaire de novembre 2013. Il devrait avoir pour interlocuteur le ministre adjoint des Affaires étrangères iranien, Abbas Araqchi. Les deux pays n’ont pas de relations diplomatiques depuis près de trente-cinq ans. Après l’élection du président modéré Hassan Rohani en juin 2013, un timide rapprochement a commencé entre Téhéran et Washington.  Cette rencontre montre également que l’Iran et les Etats-Unis font tous les efforts nécessaires pour trouver rapidement un accord.

L’Iran avait gelé certaines de ses activités nucléaires en janvier dernier et les Occidentaux avaient levé une partie de leurs sanctions. Mais l’objectif final est l’élimination du programme nucléaire militaire iranien en échange de la levée de l’ensemble des sanctions internationales. Le groupe des 5+1 espérait y parvenir d’ici le 20 juillet. Or, les dernières discussions à Vienne le mois dernier n’ont rien donné, chaque camp demandant plus que ce que l’autre était prêt à concéder. L’accord intérimaire prévoit une prolongation des négociations pour une autre période de six mois.

En acceptant cette rencontre bilatérale avec les Iraniens, les Etats-Unis espèrent faire avancer le processus. Comme l’a déclaré un haut responsable américain, « ce sera une bonne occasion d’échanger nos points de vue » avant la reprise du dialogue entre l’Iran et le 5+1 le 16 juin prochain. Pour ne pas froisser la sensibilité de leurs partenaires, les Etats-Unis ont précisé qu’il s’agissait de discussions et non de négociations bilatérales avec l’Iran.

Après les Américains, les responsables iraniens vont rencontrer également pendant deux jours les diplomates russes. Allié de l’Iran, la Russie devra jouer un rôle primordial dans tout accord nucléaire.


rfi

Dimanche 8 Juin 2014 - 11:04



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter