OFNAC : le président Sall envoie Aminata Touré et ses ministres à la barre de Nafi Ngom Ndour




"La CREI (Cour de Répression de l'Enrichissement Illicite, c'est pour nos prédécesseurs mais l'OFNAC (Office National de lutte contre la Fraude et la Corruption, c'est pour nous", tels sont les termes du contrat entre le président Sall et ses ministres. Mieux, déterminé le chef de l'Etat a donné de fermes instructions à la présidente de l’Office. «D’ici fin juin, le président de la République m’a demandé de recevoir les déclarations de patrimoine du Premier ministre, des ministres et de toutes les personnes assujetties à cette démarche», dit Nafi Ngom Ndour qui, en marge de la cérémonie d’ouverture de la Conférence régionale sur les déclarations de patrimoine en Afrique de l’Ouest et du Centre, souligne par ailleurs que son organisme va s’atteler à la tâche dès la fin des travaux de la conférence à travers des propositions concrètes qui seront faites au président de la République. Ce, pour orienter les décrets d’application qui vont encadrer la mise en œuvre de cette loi sur la déclaration de patrimoine adoptée par l’Assemblée nationale. 


 «Il s’agit avant tout de lutter contre les tentations, mais aussi des groupes organisés et puissants disposant de ressources énormes et d’influence à tous les niveaux», tonne le président Sall qui martèle: «Il faut combattre au quotidien notre environnement qui nous pousse à la faute et nos pesanteurs sociales qui considèrent que l’exercice du pouvoir est le seul moyen par lequel on doit se réaliser. Ce n’est pas un combat contre certains groupes. Au contraire ! J’avais dit que la CREI, c’est nos prédécesseurs, mais l’OFNAC, c’est nous». 


Mardi 27 Mai 2014 - 13:41



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter