OM-OL, les duels ligne par ligne

Marseille accueille Lyon, ce dimanche (21h00) pour le choc de la 29e journée qui pourrait constituer un tournant à dix journées de la fin de la saison. En cas de succès, les leaders lyonnais prendraient sept points d'avance sur les Marseillais. Chaque équipe possède des arguments pour s'imposer : décryptage ligne par ligne.



OM-OL, les duels ligne par ligne

Mandanda VS Lopes : 40% - 60 %

Steve Mandanda, qui fêtera ses 30 ans dans quelques jours, est transfiguré après une saison 2013/2014 trop éloignée du niveau qui avait fait de lui «El Phenomeno», comme le surnomment les supporters olympiens. «Je voulais montrer que je valais beaucoup mieux que ça», a confié la doublure de Lloris en équipe de France dans L’Équipe ce vendredi. Il n’est pas loin d’avoir gagné son pari, puisqu’il arrive en quatrième position du classement des gardiens de Ligue 1 (5,79 de moyenne).

Propulsé titulaire dans les buts rhodaniens après le départ de Lloris et surtout la grave blessure de Rémy Vercoutre en 2013, Anthony Lopes (24 ans) n’a plus jamais cédé sa place. Après un  premier exercice convaincant, il confirme cette saison, au point d'être le numéro 1 des gardiens au classement de L’Équipe, avec une moyenne de 6,14/10. Il coordonne la meilleure défense de Ligue 1 avec seulement 22 buts encaissés en 28 matches et douze «clean sheets» (contre 7 pour Mandanda).


Dja Djédjé-Mendy VS Jallet-Bedimo : 45% - 55%

Dans un système où Marcelo Bielsa demande à ses latéraux de beaucoup participer au jeu offensif, Brice Dja Djédjé et Benjamin Mendy ont tendance à se découvrir. Mais la prise de risques s’avère souvent payante. Ainsi, les deux latéraux marseillais ont délivré, à eux deux, cinq passes décisives. En face, l’expérience de Christophe Jallet  et Henri Bedimo, 462 matches dans l’élite (contre 162 pour Mendy et Dja Djédjé) et trois titres de champion de France à eux deux, peut faire la différence puisqu’ils ont donné trois passes décisives chacun cette saison. Des quatre latéraux, Mendy est celui qui centre le plus (122) mais le plus précis reste Dja Djéjé (29%) quand Bedimo n’a réussi que 6 de ses 37 tentatives.
 

 

Morel-Fanni VS Rose-Umtiti : 55% - 45 %


En voyant Marcelo Bielsa replacer Jérémy Morel dans l’axe de la défense en début de saison, certains ont dû se dire qu’il méritait bien son surnom d’«El Loco». Pris en grippe par une partie des supporters l’an passé  à cause de ses performances jugées irrégulières, Morel est pourtant l’un des meilleurs olympiens cette saison. En début de saison, Bielsa avait trouvé sa charnière centrale en associant l’ancien Lorientais à Nicolas Nkoulou, mais le départ à la CAN du Camerounais puis son opération du genou gauche  ont obligé le coach phocéen à revoir ses plans. Un temps écarté, Rod Fanni  a finalement eu l’opportunité de se montrer et fait plus que dépanner. Côté lyonnais, Hubert Fournier a été confronté au même problème que Bielsa, avec la moitié de sa charnière blessée pour un long moment. Alors que le duo Umtiti-Bisevac s’était installé, le Serbe s’est blessé à Monaco lors de la 23e journée.  Fournier en a profité pour relancer Lindsay Rose qui ne s’était jamais vraiment imposé depuis son arrivée à l’OL  et qui est en concurrence avec Bakary Koné qui manque de régularité.

Ayew-Payet-Ocampos ou Thauvin VS Ferri-Ghezzal : 55%-45%

Les Lyonnais vont devoir se méfier des dribbleurs marseillais.  André Ayew et Dimitri Payet apprécient particulièrement l’exercice qui est l’une des spécificités du jeu de Lucas Ocampos et de Florian Thauvin, en lutte pour une place de titulaire. Dans ce domaine, Thauvin est le Marseillais qui a le plus tenté (166) pour un taux de réussite de 42 %.  Leurs qualités de dribble rendent les milieux marseillais imprévisibles surtout quand ils sont dans un grand jour comme ce fut le cas face à Toulouse (6-1). En face, Fournier pourra compter sur les qualités de passe de Jordan Ferri   (85% de réussite) et de Rachid Ghezzal (2 passes décisives) qui devront compenser leur manque d’expérience en Ligue 1  (90 matches à eux deux – contre 296 pour Payet à lui seul) par la générosité qu’ils affichent depuis le début de la saison.
 

 

Batshuayi /Gignac VS Lacazette et Fékir : 40% - 60%


Les Lyonnais vont devoir se méfier des dribbleurs marseillais.  André Ayew et Dimitri Payet apprécient particulièrement l’exercice qui est l’une des spécificités du jeu de Lucas Ocampos et de Florian Thauvin, en lutte pour une place de titulaire. Dans ce domaine, Thauvin est le Marseillais qui a le plus tenté (166) pour un taux de réussite de 42 %.  Leurs qualités de dribble rendent les milieux marseillais imprévisibles surtout quand ils sont dans un grand jour comme ce fut le cas face à Toulouse (6-1). En face, Fournier pourra compter sur les qualités de passe de Jordan Ferri   (85% de réussite) et de Rachid Ghezzal (2 passes décisives) qui devront compenser leur manque d’expérience en Ligue 1  (90 matches à eux deux – contre 296 pour Payet à lui seul) par la générosité qu’ils affichent depuis le début de la saison.
 

 

Batshuayi /Gignac VS Lacazette et Fékir : 40% - 60%


Le 22 février à l’occasion de la réception de Nantes, Alexandre Lacazette retrouvait la compétition après un mois d’absence. S’il a eu besoin d’un temps d’adaptation pour recommencer à marquer, l’attaquant lyonnais a repris ses bonnes habitudes la semaine dernière face Montpellier (5-1) contre qui il a inscrit un doublé. Lacazette forme un duo d’attaque complémentaire avec la révélation de la saison, Nabil Fékir. Ils ont inscrit 34 des 56 buts lyonnais, soit 60,7 % des réalisations. Si on ajoute les passes décisives, ils sont impliqués dans 46 des 56 buts (82,1%). Dauphin de Lacazette au classement des buteurs, André-Pierre Gignac a marqué lors des deux derniers matches (16 réalisations), alors qu’il était à chaque fois remplaçant de Michy Batshuayi. Gignac est l’attaquant qui frappe le plus au but (103 tentatives contre 79 pour Lacazette) mais il est également celui qui trouve le moins sa cible, avec 45,6% de ses tirs cadrés contre 46,4% pour Batshayi, 47,6% pour Fékir et 54,4 pour Lacazette. Contre Lyon, le meilleur buteur en activité de la L1 (97 réalisations)  pourrait retrouver sa place de titulaire à moins que Bielsa préfère surfer sur la bonne forme actuelle de Batshuayi qui vient d’inscrire deux doublés en trois matches.
 

 

Marcelo Bielsa - Hubert Fournier : 65% - 35%

 

Ce vendredi encore des supporters s’étaient rassemblés devant le Centre Robert Louis-Dreyfus où s’entraînent les Marseillais pour rendre hommage à Marcelo Bielsa. Si l’entraîneur n’est pas encore sûr de rester l’année prochaine, il a d’ores et déjà conquis le cœur des fans de l’OM. La manière spectaculaire dont il fait jouer son équipe a ramené de la gaité dans un Vélodrome qui s’ennuyait fermement depuis quelques années. Sa glacière est même devenue un objet culte à Marseille. Si Hubert Fournier possède une personnalité moins pittoresque, l’entraîneur lyonnais a prouvé la semaine dernière, en taclant son président, Jean-Michel Aulas, et son joueur en forme du moment, Nabil Fékir en conférence de presse, qu’il n’était pas si lisse que cela. Il n’a pas peut-être pas l’aura de Bielsa, mais ses résultats avec les jeunes de l’OL prouvent que JMA n'a pas fait un mauvais choix en rappelant cet ancien de la maison.

Olympique de Marseille - Olympique Lyonnais : 50% - 50%

 

Les deux équipes ont connu un trou d’air en début d’année, même si celui de l’OM a été plus impressionnant avec deux victoires en huit matches avant le spectaculaire réveil contre Toulouse. De leur côté, les Lyonnais sont parvenus à sauvegarder l’essentiel – leur place de leader – durant l’absence de leur buteur, Alexandre Lacazette. Comme l’a montré le match aller (1-0 pour l’OL), aucun effectif n'est réellement supérieur à l’autre. La jeune équipe lyonnaise bénéficie d’une bonne dynamique, du fait d’être en confiance et de l'avantage de bien se connaitre. À Marseille, Bielsa a su tirer la quintessence d’un effectif qui a affiché quelques limites en janvier et février. Traditionnellement, les oppositions entre l’OM et l’OL se soldent par de nombreux buts (36 buts lors dix dernières années). Les deux équipes possèdent les deux meilleures attaques de la Ligue 1 : la tradition devrait donc logiquement être respectée dimanche au Vélodrome.

Francefootball

Dimanche 15 Mars 2015 - 12:29



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter