OM : l’incroyable coup de gueule de Bouna Sarr

Au terme de la lourde défaite concédée ce vendredi soir par l'Olympique de Marseille en ouverture de la 31ème journée du championnat de France de Ligue 1, certaines voix se sont élevées dans le camp phocéen pour décréter l'état d'urgence. C'est le cas de Bouna Sarr, dont le récit des évènements en dit long sur la situation.



Défait 2-5 par le Stade Rennais dans son propre Stade Vélodrome, l’Olympique de Marseille vogue en eaux sérieusement troubles au cours du présent exercice. Si rien n’est fini mathématiquement dans un championnat où peu d’équipes parviennent à réaliser de longues séries, le club phocéen semble néanmoins parti pour regarder avant tout dans son rétroviseur, alors que six points seulement le séparent du Gazélec Ajaccio, premier relégable. L’heure est grave sur la Canebière, et certains éléments commencent à tirer sérieusement la sonnette d’alarme.

C’est notamment le cas de Bouna Sarr lequel, à l’issue de ce cinglant revers, a tenu des mots forts pour expliquer la situation d’un navire olympien à la dérive : « C’était un vestiaire mort... 5-2 à domicile, c’est inadmissible. Je n’y croyais pas, je pensais rêver, prendre 3 buts au bout de 12 minutes (14, Ndlr), c’est du jamais vu... Pour moi, la grogne des supporters n’a rien d’étonnant, on ne mérite que ça. On n’est pas performant, que ce soit les joueurs ou le coach, tout le monde doit prendre ses responsabilités », a assuré celui qui, bien qu’arrivé seulement l’été dernier sur le Vieux port, semble très mal supporter le classement de l’OM et les performances indigentes proposées au public.

D’ailleurs, au moment d’évoquer la grogne des supporters, le milieu offensif qui n’a plus été titulaire en Ligue 1 depuis le 2 février dernier s’est montré clair, prenant le parti du public : « On me dit qu’on est attendu à l’extérieur (du stade)... Ils n’ont qu’à casser nos voitures et brûler nos maisons, ce serait tout à fait normal je suis désolé. Ce qu’on fait de l’OM, ce n’est pas normal. Je suis capable de dire qu’aujourd’hui rien ne va, que ce soit du côté du coach ou des joueurs. Ce qu’on produit sur le terrain est inadmissible », a-t-il conclu. Si l’on a coutume de dire qu’en temps de crise, il faut aligner des guerriers sur le terrain, Bouna Sarr semble tenir un discours approprié à cette situation. Encore faut-il que Michel daigne l’aligner aux dépens des Thauvin, Cabella, et autre Nkoudou, pas forcément toujours réguliers ces derniers temps.

Source: Footmercato



Samedi 19 Mars 2016 - 08:28



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter