Opinion: Adieu Monsieur Le Président !

Adieu Monsieur Le Président ! J’entends par là la mort politique de votre parti et la mal gouvernance de la politique libérale du PDS (Parti Démocratique Sénégalais). En effet, l’espoir de tout un peuple est déçu à travers sa jeunesse, ses femmes surtout dans le monde rural, à cause d’une politique agricole constamment en tâtonnement (mort programmée de la filière arachidière).



Opinion: Adieu Monsieur Le Président !
La diversification des cultures que vous avez définie et mise en place ne repose sur aucun fondement scientifique (manioc, bissap, maïs, etc.). Le travail du Président depuis 2000 devient un Roi qui torture les lois en considérant la Constitution notamment comme un véritable chiffon pour effacer tous les obstacles devant lui permettre de gouverner dans l’impunité la plus totale qui soit. Cette stratégie de l’impunité, qui plus est, permet de diviser pour régner à travers son renforcement par l’usage souverain l’appareil judiciaire et des forces de l’ordre.

La noblesse est combattue ainsi par l’appareil de répression de Monsieur le Président. Du coup, les forces patriotiques et combattantes deviennent sous son œil synonyme d’antivaleur. Monsieur le Président, vous passez désormais pour un véritable despote, un véritable monarque. Et c’est triste.

Depuis la très belle Alternance historique acquise de fort belle manière au soir du 19 mars 2000, que de nouveaux riches sont passés aux postes de Ministres, députés, Sénateurs et autres affidés qui versent aujourd’hui dans les festins gabégiques, la corruption, les détournements de deniers publics et autres dépassements budgétaires… Tel est là le lot quotidien qui rythme la vie de la nation depuis l’Alternance et l’exercice du libéralisme de paupérisation du Sénégal dans l’entièreté de ses couches sociales.

Au même moment où vous et les vôtres proposent ça et là mangeailles et beuveries en toutes circonstances, les populations laborieuses triment sous des difficultés inimaginables : inondations, insécurité dans les banlieues, chômage criard au sein d’une jeunesse qui, dit-on, représente près de 40%. L’école et l’Université Sénégalaises deviennent des lieux de cristallisation des angoisses pour tous les protagonistes du système éducatif.

Plus ressentie encore dans le monde rural, la crise économique imputée le plus souvent à tort aux cours mondiaux, frappe de plein fouet nos compatriotes qui manquent de tout : eau potable, pistes de production, électricité, intrants agricoles, etc. L’accaparement des terres par des « agriculteurs à col blanc ». Et cela accentue la paupérisation des masses laborieuses.

Face à cette situation catastrophique, que faire ? Une seule perspective s’offre aux Sénégalais : l’union sacrée autour du Benno Siggil Senegaal pour mettre hors d’état de nuire Wade et son régime dictatorial et monarchique.

Nul doute qu’unis autour d’hommes et de femmes intègres du Benno, nous vaincrons ensemble pour restaurer la démocratie, l’Etat de droit, la charte de bonne gouvernance pour libérer enfin le peuple Sénégalais épris de paix, de justice et de liberté.

Vive la République Démocratique du Sénégal ! Vive le Benno Siggil Sénégal !

El Hadji Saniébé NDIAYE
Secrétaire Général de la Fédération
Départementale de Linguère



Mame Coumba Diop

Mercredi 16 Décembre 2009 - 01:01



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter