Opinion: Le corrupteur contre le corrompu

Le premier ministre et directeur de campagne du président Wade Souleymane Ndéné Ndiaye a déclaré récemment que pendant tout le temps que Landing Savané était allié de la majorité présidentielle, «il recevait 30 millions de FCFA qu’il n’a jamais partagé avec son parti».



Opinion: Le corrupteur contre le corrompu
Ces accusations dirigées contre Landing Savané remettent au grand jour la vulnérabilité de nos hommes politiques et surtout l’attitude insolente de nos autorités étatiques face à l’utilisation des deniers publics. Il est vrai que le financement des partis alliés de Wade à travers leurs leaders est un secret de polichinelle. Mais ce que Souleymane Ndéné Ndiaye a oublié, c’est qu’en accusant Landing Savané d’avoir été financé par Wade, il est en train de révéler sans vergogne les méthodes peu orthodoxes de l’Etat qui utilisent les biens de la communauté pour entretenir sa cour. Dans ce genre d’histoire le corrupteur n’est t-il pas pire que le corrompu ? La réponse coule de source ! Ndéné, son chef et ses amis ont violé les règles de la transparence et de la bonne gouvernance en soutirant de l’argent des caisses de l’Etat pour « arroser » des leaders sans idéal politique. Pire, au moment où les sénégalais n’ont plus le minimum vital pour survivre, cette histoire est de trop dans la coupe trop pleine de colère du pauvre contribuable. En voulant mouiller Landing Savané, l’Etat a mis à nu son manque de respect et de considération pour le peuple qui trinque face aux errements du gouvernement, causés en grande partie par la mal gouvernance. L’enjeu dans cette affaire c’est n’est pas l’information sur l’argent qu’aurait perçu Landing Savané mais c’est avant tout la banalisation de pratiques mafieuses de l’Etat qui n’honorent pas notre République. Comment nos autorités peuvent indignement se targuer d’être des champions corrupteurs en voulant jeter l’opprobre sur l’autre ? Et comment on en arrive à une situation où une certaine presse semble s’attarder plus sur la victime que sur le bourreau? Dans cette affaire c’est l’Etat qui est mis en cause et le fait de mettre en exergue le contraire montre à quel point les pratiques malsaines de nos autorités sont finalement devenues banalisées à cause de leurs persistances. Les cas de dérives du régime de Wade qui se sont multipliés ont malheureusement provoqués la perte de notre capacité d’indignation et notre vigilance pour situer les enjeux et les vraies responsabilités. Que nul ne se trompe de cible, c’est sans nul doute le gouvernement qui est au banc des accusés dans cette sombre affaire. Et Landing Savané qui ne serait qu’un complice est déjà sanctionné par l’histoire. Dans cette affaire le vrai coupable court toujours ...

Mouhamadou Barro/lanalyste.com

Mouhamadou Barro/lanalyste.com

Mardi 24 Mai 2011 - 10:18




1.Posté par Moussa Barry le 08/06/2011 14:49
N y a pas de scandale dans cette histoire,c'est des pratiques courantes et normales qui existe dans tout les pays du monde.la seule différence est que,c'est pas connu du grand publics,voila le mérite du PM.Le pouvoir n'est pas de secret,c'est les avantages et les moyens c'est tout pas autre choses.je disais le mérite du PM cest d'avoir eu le courage de dire aux Sénégalais les avantages qu a eu Landing et que recoivent beaucoup d'autres leaders et responsables de ce pays.les hommes et les partis quitteront un jour certe le pouvoir et son appareil l'état mais L'ETAT lui,est ses pratiques demeurons.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter