Opinion: Le prix de la démocratie



Il y a des évènements qui, lorsqu’ils arrivent dans un pays inspirent tout le monde. Et chacun essaye d’apporter sa contribution sur les questions de l’heure et c’est fort heureux que nous ayons tous une tribune pour exprimer nos idées. Dans les cours de récréations, dans les places publiques, dans les marchés, à la télé, à la radio, aux abords ou au sein de l’assemblée nationale et du palais de la République à l’Elysée et/ou la maison blanche, de DEAUVILLE à BENGAZI et de Dakar à Djibouti on ne parle que des événements du 23 Juin 2011. Ce qui prouve qu’on est très loin de la Guinée de Sékou Touré, du Zaïre de Mobutu Sessé Seko ou lorsqu’on se soulageait, on évitait de faire du bruit pour ne pas se retrouver en prison dans les heures qui suivent. Vive la démocratie et en bas la dictature serait – on tenter de dire. Mais attention la démocratie a un prix c’est 1.000.000 de libertés pour chaque individu sous l’escorte de la loi c’est également ce principe fondamentale : <Gouvernement du peuple pour le peuple et par le peuple>. C’est ce code que nous tous sénégalais avons choisi d’emprunter pour aller au rendez –vous des nations. De grâce ne revenons plus sur sa conception si l’on ne veut pas connaître un chavirement pareil à ce qui a failli arriver le jeudi 23 juin. Même les bandits ont un code de conduite qu’ils sont tenus de respecter s’ils ne veulent pas être rattrapés par leurs traqueurs. Eux d’ailleurs finissent toujours en prison car c’est au moment du partage du butin que ceux qui se croient plus malins ou plus puissants tentent de changer les règles du jeu et ainsi embarquent toute la horde dans le chaos.

Dans le cas du Sénégal disais-je nous allons vers des élections le 28 Février 2012 quelle urgence y a-t-il pour instituer un ticket qui d’ailleurs n’est utilisé que pour entrer dans un bus ou dans une soirée mais pas pour entrer au Palais de la République encore moins à l’Assemblée nationale. Quelle urgence y a-t-il à balkaniser des municipalités qui marchent à merveille. C’est étonnant d’ailleurs que ce découpage ne touche que des communautés rurales gagnées par l’opposition alors que le parti au pouvoir avait tous les atouts pour les remporter. En tout cas pour l’exemple de la localité de Diakhao que je connaîs bien le PDS avait choisi des éléments sur qui il pouvait compter il leur avait octroyé des 4×4 de l’essence et un budget de campagne de prés de 30 millions de francs CFA au moment ou Goliath faisait sa campagne à pied à dos d’âne ou à bord de la célèbre bicyclette de Hamdy Ngom dénommée Malaw à cause de ces pannes incessantes mais surtout à cause de sa détermination à finir sa tournée journalière à la grande satisfaction de son pilote. Il arrive curieusement que David perd la partie sous le score de plus de 87% en faveur de l’opposition. Et voilà qu’après 2 ans d’exercice à la tête de la communauté rurale, que l’équipe municipale se retrouve sous la menace d’une dissolution parce que le roi a décidé de remettre en cause le choix de toute une population de toute une nation de tout esprit épris de justice et d’équité en somme la victoire de Malaw mais surtout celle de Dieu. Ainsi on croit avoir marqué un coup d’échec. Non ce n’est pas un coup ça ; c’est de la tricherie et c’est hideux et choquant à la limite même idiot. Personne sur cette planète ne cautionnera cela fussent –ils même du coté des collaborateurs du roi en tout cas pas ceux de la trempe de l’honorable député Moussa Sy qui demeure au moins une référence sur qui les jeunes peuvent compter. Peut être des fous pourraient être tenté de soutenir cette mascarade heureusement qu’il n’y en existe plus au Sénégal depuis le 23 juin 2011. En tout cas depuis ce jour personne ne veux s’approcher du fameux ticket au point qu’il a fallu aller jusqu’en Outre Mer pour trouver un juriste anonyme qui accepte de le porter. Il est curieusement devenu lourd ce ticket peut être à cause des taches de sang qu’il porte ou alors de son odeur de grenade et lacrymogène ou tout simplement parce qu’il mène à l’enfer et non au Palais .Oh j’ai pitié du roi qui méconnaît le peuple qu’il gouverne qui ne sait pas que grâce à lui il n y a plus d’analphabète dans son pays qu’il n’existe plus de Nagrou(illettré) dans l’armée que ce sont des gens qui ont une maîtrise ou au moins une licence qui accepte d’être simple gardien de la paix ou parfois même auxiliaire de police ou de gendarmerie à cause du manque d’emploi. Ces braves hommes et femmes intellectuels de surcroît ne tireront jamais sur leurs compatriotes car ils ont reçu des cours sur les droits de l’homme dans leurs écoles de formation mieux encore ils savent qu’il existe quelque part dans la ville de Genève un bureau qui s’occupent des bavures policières, que des dossiers concernant certains de leurs collègues y sont gardés à jamais et que ce sont des juridictions sénégalaises qui les avaient jugés et condamnés en prison à l’époque pour cause de torture. Nous sommes dans un Etat de droit non. Le jeu n’en vaut pas la chandelle. Sa majesté pour vous faire revenir au jeu, je vous rappelle tout simplement que votre adversaire ce n’est ni Moustapha Niasse ni Macky Sall encore moins Moussa Sy mais c’est Ngor Diégane de Diakhao c’est Danfakha de Fongolembi c’est Paco, ce marchand ambulant qui rode aux abords de l’Hémicycle et du palais pour écouler sa marchandise ; c’est tout simplement GALSENE pour parler comme les RAP HEURES. Inutile de vous rappeler les règles du jeu vous qui êtes le plus diplômé du Caire au Cap; en tout cas ce n’est pas le Gouvernement des Wade pour les Wade par Wade. C’est à ton tour de jouer. J’espère pour sa majesté qu’il sache le nombre de ticket ou de pion qui lui reste et ceux qui sont à notre disposition. Aytia naniou agalé wouré wi (que le jeu continu) le 28 Février c’est demain.

Babacar Ndiaye
Enseignant Ecole 5 Pikine-Nord
ababacarsadekhndiaye@yahoo.fr



Mercredi 29 Juin 2011 - 14:56



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter