Opinion: Pourquoi il faut voter Wade au second tour...



Opinion: Pourquoi il faut voter Wade au second tour...
Depuis quelques années notre pays est sous l`emprise d`un terrorisme intellectuel et médiatique dont les dérives, haineuses à souhait, musèlent les tentatives d`exprimer un point de vue différent. Une pensée unique, tournée exclusivement vers la démolition du Président Wade et de sa famille, obnubile certains esprits et inhibe la capacité de jugement objectif de la plupart des observateurs.

Tout est parti depuis l’an 2000 du malentendu, savamment entretenu par la presse, selon lequel les journalistes et leurs organes auraient joué un rôle prépondérant, pour ne pas dire exclusif, dans l’accession au pouvoir de Maître Abdoulaye WADE. Sans minimiser le rôle de la presse, il convient tout de même de dire que si elle rend compte des actions qui concourent à animer la vie politique elle ne les mène pas. Une radioscopie fine des faits et méfaits des journalistes rendrait d`ailleurs plus humble cette corporation qui n’est pas à l’abri de la corruption et des travers qui minent dangereusement les mœurs de notre société.

A cela est venu se greffer un second malentendu: celui de l`impossibilité de gouverner le pays à plusieurs après l’avoir conquis à plusieurs: éclatement de la coalition victorieuse en 2000 au cours de l’an 1 de l`alternance, réduction de la victoire du Peuple tout entier à celle d’un homme, de son parti, de sa famille et de ses amis...

Ces deux malentendus dont les différents protagonistes s’invectivent, se fâchent, se séparent tantôt, puis selon l’air du temps se retrouvent, s’encensent, et s’allient, vire à une tragicomédie, de plus en plus sanglante, sur le dos de notre Peuple.

Le Peuple sénégalais semble plus fin qu’il n’y parait cependant: A chaque consultation électorale, le verdict des urnes désarçonne les politicards et repose, quant au fond, une ferme exigence du Peuple souverain d’être gouverné autrement et mieux. Il finira bien par y arriver...

Tout ceci pour dire que l’expérience vécue depuis l’an 2000 doit servir de base à toute réflexion stratégique pour un vote avisé au second tour de la présidentielle de 2012.

Il ne s’agit pas, cette fois ci, d’un simple choix entre deux hommes ni entre deux programmes. Il s’agit, davantage, de mettre fin à une époque et de restaurer une véritable perspective pour le Sénégal. Question sérieuse, enjeu capital.

Maitre Abdoulaye WADE fait face a Macky SALL. Les seuls états de service de Macky Sall connus, à ce jour, sont les suivants: militant de Wade, Ministre de Wade, Premier Ministre de Wade, Président de l’Assemblée Nationale sous Wade et, plus récemment, fâché avec Wade et opposant à Wade...
En vérité, Macky Sall fait partie du bilan de Wade.

Sans chercher à arbitrer le conflit qui a présidé à la séparation des deux hommes, l’on peut se demander s’il est légitime de fonder l’ambition de diriger notre pays sur un contentieux personnel. Pire, la coalition circonstancielle qui est en train de voir le jour autour de Macky SALL ressemble, à s’y méprendre, au patchwork d’ambitions inconciliables qui conduisit Maitre Wade au pouvoir en l’an 2000 et qui a fini par éclater... Les mêmes acteurs se retrouvent pour la plupart autour de Macky Sall. Ils reconduiront les mêmes comportements sectaires au lendemain d`une éventuelle victoire.

Maitre Abdoulaye WADE n’est pas un saint, loin s’en faut. Il n’est pas, non plus, le démon que la presse s’évertue à créer et à nous imposer. A titre d’exemple, il est le seul parmi tous ceux que l`on soupçonne de l’être à avoir affirmé, haut et fort: « J’ai été franc-maçon. Je ne le suis plus. » On pourrait se demander si tous ses déboires ne découlent pas de cette affirmation... Au demeurant, on aimerait bien avoir une réponse aussi claire et aussi nette de la part de tous ceux qui prétendent à nous diriger. Autant on a la faculté de demander à n’importe qui sa Religion, son ethnie, et son état-civil, autant on est fondé à demander à ceux qui aspirent à nous diriger s’ils appartiennent à une loge, à une secte ou à tout autre organisme dont les pré requis pourraient s’avérer incompatibles avec notre charte fondamentale. La transparence commence par cela: du bulletin de santé exigible à chaque candidat à la bonne moralité attendue de chacun de nos dirigeants, il n’y a pas de place pour un voile de mystère... Il reste entendu que chacun a la liberté de choisir ses fréquentations. Nous avons, à l’inverse, le droit de nous en enquérir auprès de qui aspire à nous diriger.

Macky Sall et Abdoulaye Wade ont donc en partage le même bilan. Et ce bilan n`est pas aussi négatif que les politiciens veulent le dépeindre dans leurs discours. Des réalisations importantes, visibles et tangibles sont à porter à leur actif. Ce qui est à la base de leur malentendu serait la convocation du fils de l’un par l`autre à une audition a l`Assemblée nationale... A l`échelle des intérêts supérieurs d`une nation cela est insignifiant et méritait d`être dépassé... Enfin bref...Passons...

Nos préoccupations actuelles sont ailleurs.


Ce qui est véritablement en jeu pour le Sénégal à l’occasion de ce second tour de l`élection présidentielle, c’est de se donner le moyen de favoriser l’émergence d’une nouvelle classe politique, décomplexée et détachée des modèles idéologiques surannés qui ont fini de nous obstruer l’horizon, une classe politique apte a inventer une voie alternative de développement et d’épanouissement pour notre Peuple.

Et c’est la que j’entrevois la possibilité de donner à Maitre Wade une dernière chance de se racheter. S’il ne la saisit pas, il va rejoindre les poubelles de l’Histoire. Définitivement.

Pour saisir cette chance, il lui appartient d’abord, et avant tout, de nous édifier, sans aucune équivoque possible, sur sa tentation présumée d`imposer son fils à la tête du Sénégal par des artifices anti démocratiques.

Cela est inacceptable et personne ne l`acceptera.

Karim Wade a le droit, comme tout autre sénégalais, de briguer n’importe quel poste électif. Il doit, cependant, être astreint aux mêmes conditions que tout autre sénégalais: Il doit aller à la conquête du pays par les urnes ainsi que notre système de transmission du pouvoir l’édicte.
Il n’y a aucun compromis possible sur cette question.

Maitre Wade peut, et devrait cependant, organiser la succession au sein de son parti. Cela est de sa responsabilité historique en tant que Fondateur du PDS. Si, bien entendu, il souhaite que le PDS lui survive.
Il doit également s’engager solennellement, ainsi qu`il l’a laissé entendre et dans un délai maximal de trois ans après sa réélection, à rendre la parole au Peuple souverain en raison de son âge avancé. Sans aucune possibilité de revenir sur sa parole...

A ces conditions, le choix stratégique s’imposera de voter pour Wade au second tour pour tous ceux qui ont le souci de donner une chance de germer aux nouvelles pousses politiques et citoyennes que nous appelons de nos vœux.

Car, en vérité, toute la classe politique actuelle mérite une retraite par anticipation. Et cela n`a rien à voir avec l`âge: de Talla Sylla à Maitre Wade en passant par Barthelemy Dias, Macky Sall, Moustapha Niasse, Ousmane Tanor Dieng et j`en passe, bref tous les animateurs de l`espace public depuis une cinquantaine d`années ont montré tous leurs limites. Ils incarnent, à des degrés divers certes, la décadence du modèle post colonial. Le temps de l`Indépendance véritable est à venir...

Le Futur du Sénégal de nos rêves est à inventer. Il va au delà des ambitions étriquées de nos politiciens actuels. La décolonisation mentale de nos élites reste à faire afin qu`elles aient le courage de revendiquer, pour notre Peuple, la place qui lui revient dans le concert des Nations. Le Monde, formaté depuis trois siècles à l’aune des intérêts de l’Occident, doit changer. Nous devons l’y forcer. Les règles du jeu des pouvoirs planétaires sont faites contre nous. Nous devons nous battre pour les remettre en cause. Aucun des leaders actuels n’indique cette direction. Ils veulent tous s’installer dans le même fauteuil et faire la même chose avec des acteurs différents.

Or, ce qui est en jeu, c’est la mise en œuvre des ruptures de fond, sans cesse différées, et qui risquent de passer aux oubliettes si nous tombons dans le piège d’élire un Président trop jeune par l’âge mais si vieux par le moule politicard et intrigant qui l’a formaté .

Même s’il s’en défend, Macky Sall ne fera pas plus que du Wade sans Wade.

Voter Wade le 25 mars prochain ne sera donc pas un choix du cœur mais un choix de raison.
Pour donner une chance au peuple sénégalais de sortir au plus vite du cercle vicieux hérité de la colonisation et, face à la réalité sortie des urnes le 26 février dernier, ce choix stratégique s`impose à nous.
Ibrahima Sory THIANDOUM
bramsthiandoum@hotmail.fr




Vendredi 9 Mars 2012 - 16:40




1.Posté par Ridjal le 09/03/2012 19:41
Monsieur THIANDOUM, vous êtes dans votre logique de défendre qui vous voulez certes, mais de grâce laissez les Sénégalais choisir eux même leur futur président. Vous devriez avoir honte de prendre les gens comme des hommes du moyen âge ou des colonisés du nouveau siècle. Agents de propagande dont les masques tombent sans aucune retenue, imbus de soif de pouvoir et de boulimie, vous allez tous éssuyer un revers renversant au soir du 25 Mars qui vous sera donné par les Sénégalais de bonne souche, de bonne foi et sincères en vous ignorant totalement dans l'attente des robinets de mafé ou yassa promis par votre mentor depuis 2000......
Courage dans vos élucubrations, qui vivra verra!!!!!!!

2.Posté par deugg rekk le 20/03/2012 17:16
La vérité sur le Patrimoine de Abdoulaye WADE 2008
>
• Propriétés au Sénégal
>
1° - Une Villa au Point E, agrandie par le rachat de la villa voisine. Valeur estimée après transformation toujours en cours : 1 milliard
2° - Un terrain de 5000 m2 à Yoff Layenne. Valeur estimée : 750 millions
3° - Quatre terrains de 10.000 m2 aux Almadies. Valeur estimée : 8 milliards
4° - 60 terrains de 500 m2 sur la VDN à hauteur de la Cité Gorgui. Valeur estimée : 6 milliards
6° - 5 Immeubles de 6 étages contenant 4 appartements par étage. Valeur estimée : 7 milliards
7° - 10 terrains de 200 m2 dans le domaine du Cices. Valeur estimée : 400 millions
8° - 30 Hectares de terrain dans aux alentours de l'aéroport. Valeur estimée 60 milliards
9° - Un terrain bientôt rasé de 3 hectares dans Dakar Centre Ville. Valeur estimée : 30 milliards
10° - Un immeuble de 10 étages à la Rue Docteur Theze. Valeur estimée : 2 milliards
11° - Une cité de 20 villas sur la Corniche , à hauteur de la villa de l'ex président Senghor. Valeur estimée 10 milliards
12° - Un terrain de 10.000 m2 au niveau du Stade LSS. Valeur estimée :1.750.000.000 f
13° - Un terrain de 100 hectares à Touba
14° - Un terrain de 150 hectares aux environs de Tivaouane
15° - Une propriété de 10 hectares à Popenguine
16° - Une cité de 100 maisons à louer à Kebemer
17° - 60 maisons achetées du Plan Jaxaay (Indemnisation des sinistrés)
18° - Des vergers et champs cultivés d'à peu près 5000 hectares répartis dans différentes régions du Sénégal
>
• Propriétés à l'étranger
>
Une propriété à Versailles, en copropriété avec mon épouse, réfectionnée et étendue. Valeur estimée : 4 milliards
Un immeuble de 4 étages à Paris XVIème. Valeur estimée : 8 milliards
Une propriété à Montpellier
Une propriété à Bordeaux - Une villa sur la Côte d'Azur
Une villa à Orléans
Une maison de maître à Lilles -
Une propriété dans le Michigan
Une propriété à New Orléans
Une propriété dans le Wisconsin
-Un immeuble de 3 étages à New Jersey
22° - Un hôtel de 90 chambres à Casablanca
- Un hôtel 60 chambres à Marrakech
- Un hôtel de 48 chambres à Paris XIVème
- un hôtel 50 chambres en Suisse
>
•ACTIONS
>
23° - Des actions dans les structures suivantes, soit directement ou indirectement :
- AIBD (20 % des actions totales)
- DAPORT Sénégal (30 % des
actions)
- BEN LADEN Sénégal (20 % des actions)
- Dakar Dem Dikk (80 % des actions totales)
- SATTAR ( 30 % des actions)
- OIL Libya (30 % des actions)
- ZAM ZAM (20 % des actions)
- Jafza Sénégal (10 % des actions)
- Veolia Sénégal (10 % des actions)
- GECOM Industries (20 % des actions)
- IRIS Sénégal ( 20 % des actions)
- Expresso Sénégal (15 % des actions)
- DELARUE Sénégal (5 % des actions)
- MEDIATIQUE Afrique (10 % des actions)
- AFRICA SALT (10 % des actions)
- DP World Sénégal (10 % des actions)
- HENAN Chine Sénégal (10 % des actions)
- OFFNOR Shipping Sénégal (20 % des actions)
- SERPM (Société d'Etude et de Réalisations des Phosphates de Matam, 25 % des actions)
- Cabinet CICE (30 % des actions) -
Divers comptes en banque, soit à son nom ou au nom de Abdullah Wad, ou au nom de Aboula Tzipi Wade ou au nom de Abadalaye Fabien Wade :
>
•BANQUES
>
4 comptes bancaires à Dubaï contenant respectivement :
- Commercial Bank Of Dubaï => 32,5 millions de dollars
- CityBank => 26,3 millions de dollars
- Emirate Bank => 16,1 millions de dollars
- Standard Chartered Bank => 10,9 millions de dollars
>
2 comptes bancaires à Chypres : Bank of Cyprus => 22 millions de dollars ;Hellenic Bank => 14 millions de dollars
-4 comptes bancaires en Frances contenant respectivement : - Société Générale => 17,6 millions d'euros
- BNP Paribas => 14,3 millions d'euros - Ex-Credit Lyonnais => 8,2 millions d'euros
- HSBC Paris => 3,2 millions d'euros
-2 comptes bancaires aux USA :
- Bank of America => 6,2 millions de dollars
- HSBC => 2,8 millions de dollars
2 comptes bancaires en Suisse :
- Banque Migros => 43 millions CHF
- Banque Coop => 65,2 millions CHF 25°
- Un parti politique dont il est le seul actionnaire à 100 %.
• Le patrimoine mobilier et immobilier du parti
> est en copropriété avec son fils Karim
Karim Ada : 500 voitures Pickup,
150 voitures 4x4,
35 voitures 8x8,
1 avion 20 places,
1 Péniche,
1 Yacht stationné à Nice,
1 permanence neuve construite sur un terrain de 5000



3.Posté par lebou le 23/03/2012 01:16
SERIGNE MAMOUNE MBACKE «Béthio n’est pas un Mouride mais fait du lobbying pour s’enrichir sur le défunt Sérigne Saliou»
Jeudi 22 Mars 2012 - 22:17
Petit fils de Sérigne Touba, Sérigne Mamoune Mbacké sort ses griffes contre BETHIO




Xalima.com : Quel est le rôle du marabout dans la société?

Sérigne Mamoune Mbacké : Le rôle du marabout dans une société surtout au Sénégal où les musulmans font plus 95% de la population. Il a pour mission principale d’éduquer sur le plan religieux en apprenant aux disciples le Coran, à mieux connaître Dieu et son Prophète (Psl). C’est ce rôle que jouent tous les marabouts des différentes confréries du pays.

C’est dire qu’aujourd’hui, si le pays est à la dérive, c’est le travail effectué par les hommes de Dieu comme Sérigne Touba, El Hadj Malick Sy , Baye Niass, pour ne citer que ceux-ci, qui a été bafoué. Le Sénégal est dans une telle situation. Et c’est pour cette raison, nous qui sommes les petits fils d’Ahmadou Bamba veulent se dresser devant les autorités du pays pour dire non.



Xalima.com : Le Marabout doit il appauvrir l’Etat ou l’enrichir et comment?

S.M. Mbacké : Au Sénégal, il existe deux pratiquement deux courants malgré les nombreuses confréries. Il s’agit des adeptes de l’Imam Malick et ceux de l’imam Abou Aniba. Le premier en l’occurrence de l’Imam prenait tout ce que l’État lui donnait alors que l’imam Abou Aniba ne prenait pas. Le Marabout a des talibés (disciples) et l’État doit les aider. Seulement le marabout ne doit pas attendre ne doit pas attendre prendre l’argent et se servir lui seul. C’est le cas de beaucoup d’entre eux en la période électorale. Un comportement à dénoncer.



Xalima.com : Penses tu qu’un président de la République doit afficher publiquement son appartenance a une confrérie?

Il n’est pas souhaitable. Mais s’il le fait, il n’aide pas la confrérie à laquelle il appartient. C’est le cas de Abdoulaye Wade actuellement qui n’aide pas la confrérie Mouride.



Xalima.com : Avec les multitudes de confréries et de marabouts. Pourquoi y’a t’il trop de problèmes au Sénégal (chômage, pauvreté. prostitution. débauches, «Barca» ou «Barsak»

S.M. Mbacké : Tous les musulmans du pas n’ont le même le degré sur la pratique de leur religion. Ce qu’il ne faut pas oublier, les gens n’appartiennent pas aux marabouts. Si tu est certain quand tu parles et qu’on écoute pas, il serait plus judicieux de ne pas en parler.

Mais au cours de ces 12 dernières années, le Sénégal a perdu toutes ces valeurs. Aujourd’hui, si tu optes de garder ta dignité, tu ne deviendra rien dans ce pays. C’est dire que Wade et son gouvernement font la promotion des hommes sans vergogne et retenue.



Xalima.com : Pourquoi marabout rime maintenant avec argent, belles femmes, maisons et voitures?

S.M. Mbacké : C’est ce que les gens ont vu. Mais il existe beaucoup d’entre eux qui ne sont pas dans ce lot. Toutefois il ne faut pas oublier un marabout est un être humain comme tout le monde. Par exemple, dans le milieu Mouride, il existe des gens qui sont proches de la famille de Sérigne Touba et s e disent Marabout ou on les considère comme tel.



Xalima.com : Que pensez vous de Béthio Thioune et son soutien au président Wade?

S.M. Mbacké : Je pense comme tous les Sénégalais proches ou connaissent Sérigne Saliou disent que le défunt khalife est mort mécontent de Wade à cause des chantiers de Touba. Je suis désolé de dire que tout le monde peut rêver Sérigne Saliou sauf Béthio Thioune. Le chef des Thiiantacounes n’est pas un Mouride mais fait du lobbying pour s’enrichir sur le défunt Sérigne Saliou. C’est dire que le rêve est faux.



Xalima.com : Macky est prêt pour gouverner le pays?

S.M. Mbacké : Macky a la carrure d’un président. Il suffit de voir son parcours pour s’en rendre compte en dirigeant plusieurs fonctions dans l’administration sénégalaise. Aujourd’hui, tout le Sénégal est derrière Macky et fonde son espoir sur lui.



Xalima.com : Vous n’avez pas peur qu’il s’agrippe au pouvoir

S.M. Mbacké : Il a intérêt car le Sénégal ne lui appartient pas encore moins à la famille Wade. Déjà il a forcé sa candidature et ce n’est pas la même chose de faire un coup d’Etat électoral. Il va partir incha Allah dans la mesure où toutes ses tentatives de rester au perchoir seront vaines.

Entretien réalisé par Tidiou xalima

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter