Opinion: Wade/Idy: La théâtralisation de plus

« Je ne peux pardonner les torts faits à l’Etat. J’ai rompu définitivement avec Idrissa Seck. Nous nous retrouverons devant Dieu », avait dit Abdoulaye Wade.



Opinion: Wade/Idy: La théâtralisation de plus
Abdoulaye Wade et Idirssa Seck des politiciens au sens le plus ignoble du terme. Ces deus gamblers version tropicale viennent encore de signer de tristes pages de l’histoire politique du Sénégal. Plus tortueux que Gorgui Wade et Ngorsi Seck, tu meurs ! Ces deux hommes sont le symbole typé de la roublardise, de l’hypocrisie achevée, de la traîtrise, de l’arrogance, de la forfanterie, de la félonie et de l’irrespect envers le peuple sénégalais. Ils ont pour religion l’argent. Ils ne jurent que par le nerf de la guerre. Ils nous prennent pour des corniauds. Ils nous narguent comme pas possible !
Après avoir tenu en haleine tout le monde avec des échanges de vertes et pas murs, l’ « ancien spermatozoïde et futur cadavre » et le « serpent venimeux » s’accointent puis s’accouplent pour pondre un monstre… maléfique pour le Sénégal. Autrement dit, le duel constaté d’alors au sommet de l’Etat a finalement accouché du fiel avec l’expédition à Rebeuss d’ Idrissa Seck pour enfin, transformer en deal au sommet de l’Etat.

En 2004, le Premier Ministre Idrissa Seck était reproché d’avoir utilisé 40  Milliards de F CFA au lieu de 25 initialement prévus pour les travaux de la Ville dont il est le Maire. Le conflit est alors ouvert entre lui et le Président de la République, Maître Abdoulaye Wade. Il lui coûte non seulement la privation des festivités du 44e anniversaire de l’Indépendance du Sénégal à la Cité du Rail mais aussi un séjour de plus de six (6) ferme à la prison de Rebeuss. Pour désamorcer la bombe venant de la plus célèbre institution carcérale du pays (on se rappelle encore des menaces de sortie de C. D et autres lettres contenants des secrets d’Etat, des confidences relatives à la vie privé des Wade), sa Majesté et ses valets entamèrent des négociations. L’on disait même que des discussions s’étaient menées nuitamment en prison. C’est ce qu’il était convenu d’appeler «  Le Protocole de Rebeuss ». Dans certaines chaumières libérales, être étiqueté « MSIS », «  PRO-IDY » étaient vu comme un péché, une répugnation. Ainsi, était déclenchée la grande opération dite de «  la Déseckisation ». Des tractations ont abouti à son élargissement de prison et les chefs d’accusation portés sur sa personne, se trouvent déchargés un en un. Le détenteur le plus célèbre de biens et de richesse mal acquis du pays laisse entendre à tout bout de champ : «  Je suis immensément riche ». Et l’arme du chantage à la main comme une épée de Damoclès sur la tête de Pa Wade! Ndaamal Kadjoor ( il est même criminel d’associer son nom à celui du Kadjoor des braves et honnêtes Damel , ce Kadjoor aux fils du beau linge !!!) est blanchi. Par quelle magie ! Par quelle alchimie ! Les sénégalais l’ignorent toujours. En tout cas, Idy est en passe de mener une vie enchanteresse avec dans sa gibecière, dix huit (18) comptes bancaires bien garnis, voire touffus (environ 19 milliards de F CFA). Parlant des motifs de sa brouille avec Wade, le nouveau Nabab sahélien aux versets du Saint Coran si pompeux est toujours enclin à dire : «  C’est une affaire de Grands Bandits ». Aujourd’hui, ces deux hommes viennent de nous insulter à la face du monde avec leurs micmacs, leurs retrouvailles aux allures de véritables combines. Le seul perdant, à coup sûr, sera le peuple. Wade et son régime qui ont dos au mur et qui restent envahis par une peur bleue de quitter le pouvoir s’allient avec n’importe qui car, la machine Karim mise en branle depuis le 22 Mars 2009 cafouille, s’enrouille. L’essentiel, c’est de sauver sa peau ne se reste qu’à vendre nos âmes au diable vauThiés !
Ibrahima Ngom Damel
Journaliste-écrivain
Tel : 77 728 40 52
Email : yboupenda@yahoo.fr

Ibrahima Ngom Damel

Samedi 7 Novembre 2009 - 11:45



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter