Oumar Sarr passé à la loupe : très peu doué en communication, têtu, froid et solitaire, mais brillant intellectuel

Le maire de Dagana est peint comme un esprit solitaire très peu doué en communication, froid et têtu. Voila ce qui ressort du diagnostic du coordonnateur du parti démocratique sénégalais (Pds) depuis la perte du pouvoir en 2012. Docteur informatique, Oumar Sarr est décrit par ses détracteurs comme un politicien sans charisme. Des jugements voilés par son brillant parcours intellectuel.



Oumar Sarr passé à la loupe : très peu doué en communication, têtu, froid et solitaire, mais brillant intellectuel
Docteur en informatique, le maire de Dagana est décrit par ses détracteurs comme quelqu’un de très solitaire et très têtu en politique. Ce membre du Syndicat autonome de l’enseignement supérieur (Saes) est un brillant intellectuel et ce n’est pas Abdoulaye qui dira le contraire car quand le père de Karim Wade parle  d’Oumar Sarr c’est avec beaucoup de respect « avec Oumar Sarr on construit le Sénégal dans le concret et dans l’abstrait ».

C’est en 2012 à la perte du pouvoir que le pape du sopi spécialiste des coups inattendus le porte à la tête du Pds à la surprise presque générale. Une nomination comme coordonnateur qui n’est pas sans conséquence, car c’est en ce moment que le maire des Parcelles Assainies Moussa Sy lance ses diatribes à Abdoulaye Wade et c’est ensuite Aliou Sow qui lui emboite  le pas pour critiquer ouvertement la décision de porter Oumar Sarr à la tête du Pds.

Son éminence grise selon le quotidien dakarois Enquête, est un fidèle de Wade père mais ses détracteurs lui reprochent son manque de charisme et de leader. Pourtant le maire de Dagana est un brillant intellectuel, Oumar Sarr inspire le respect en dépit de ses sorties à l’emporte pièce sur les questions politiques, d’ailleurs il l’un des tous premiers Docteurs  en informatique au Sénégal, ne pas dire le premier.

Elargi de prison suite à un mandat de dépôt à propos des déclarations jugées déplacées à l’encontre du chef de l’Etat sur l’affaire Lamine Diack et l’argent des russes distribué lors des élections législatives et présidentielles de 2012. Oumar Sarr sans perdre de temps à sa sortie de prison  joue son jeu favori à savoir attaquer le pouvoir sans répit.  

Khadim FALL

Mardi 2 Février 2016 - 10:35



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter