Ousmane Sonko : «Je mets au défi le président de l’Assemblée nationale de… »

«Heure de vérité » a reçu Ousmane Sonko. Le leader de Pastef a profité de l’occasion pour se prononcer sur la fraude fiscale à l’Assemblée nationale, l’affaire Bigtogo, ainsi que sur le dragage du fleuve Casamance.



Ousmane Sonko persiste et signe sur ses déclarations quant à l’existence de fraude fiscale à l’Assemblée nationale. C’est ce qu’il a affirmé dans l’émission «Heure de vérité » de la Sud fm de Ziguinchor : «Si j’avais dit des contrevérités, une plainte serait déposée contre ma personne. Mais, personne dans l’administration de l’Assemblée nationale ne peut me démentir», relève-t-il.

Et de poursuivre : «Nous n’incriminons pas les députés, nous avons plutôt dit que l’administration de l’Assemblée nationale fraude. Si le prélèvement a été fait sur le bulletin de salaire et qu’il n’a pas été reversé, je dis qu’il y a détournement de deniers publics. Je mets au défi le président de l’Assemblée nationale de prouver le contraire de ce que j’ai dit. L’institution qui a l’exclusivité du vote de la loi fiscale est elle-même en fraude fiscale».

Se prononçant sur l’indemnisation de Bigtogo, l’inspecteur des impôts dénonce les zones d’ombre entourant cette affaire : «Au début, on nous parlait de visas. Mais au finish, on nous parle de marché de véhicules pour la police. Après on rembourse treize milliards à Bigtogo. Il y a une nébuleuse qui entoure cette affaire. Et c’est toujours le cas au Sénégal. Il y a toujours des zones d’ombre dans l’octroi des marchés publics».

Ousmane Sonko n’a pas non plus occulté le dragage du fleuve Casamance. Et c’est pour dire : «On n’a pas vu les traces du dragage ni au niveau du port de Ziguinchor, encore moins sur les rives du fleuve. De toute façon, on attend l’arrivée des gros porteurs, comme l’ont promis les autorités en charge de cette question», conclut-il.
 
 

Ousmane Demba Kane

Mercredi 1 Juin 2016 - 14:33



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter