Ousmane Tanor Dieng : «L’Acte 3 comporte des difficultés dans sa mise en œuvre»

L’Acte 3 de la décentralisation doit faire l’objet d’une large réflexion. C’est de l’avis du Premier secrétaire du Parti socialiste (Ps). Ousmane Tanor Dieng qui participait hier à une session thématique sur l’Acte de la décentralisation a déclaré que cette réforme avait des insuffisances dans sa mise en œuvre.



Ousmane Tanor Dieng : «L’Acte 3 comporte des difficultés dans sa mise en œuvre»
L’Acte 3 de la décentralisation n’est pas une réforme sortie de nulle part. C’est de l’avis d’Ousmane Tanor Dieng qui s’est exprimé hier, lors du séminaire d’évaluation de l’Acte 3 de la décentralisation. Selon le Premier secrétaire du Parti socialiste (Ps), «cette réforme s’inscrit dans la continuité des celles antérieures, avec pour objectif de les améliorer, en corrigeant les faiblesses constatées dans leur mise en œuvre».

Mais le désir du Président Macky Sall, à travers cette réforme, qui est, d’abord, de construire une cohésion territoriale, d’assurer la lisibilité des échelles de la gouvernance territoriale, et enfin, d’améliorer les mécanismes de financement du développement territoriale et de la gouvernance budgétaire, ne s’est pas réalisé comme il le souhaitait. En effet, selon lui, «l’Acte 3 a engendré des difficultés dans sa mise en œuvre. Des difficultés soulignées et relayées par les acteurs locaux, élus comme travailleurs».

Et toutes ces difficultés font ressortir la nécessité de procéder à une évaluation de cette réforme : «l’Acte 3 doit faire l’objet d’une évaluation, exercice d’autant plus nécessaire qu’il permettra d’e  identifier les insuffisances, mais aussi d’en capitaliser les acquis», a-t-il relevé.

Ousmane Demba Kane

Lundi 7 Septembre 2015 - 09:44



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter