Ouverture: Aux Beaux maraîchers du désordre




C’est avec une très grande difficulté que usagers, chauffeurs et autres ont rejoint la nouvelle gare routière de Dakar. Avec le nouveau système informatisé, les passagers ont été totalement désorientés. Plus grave ils n’avaient personne pour leur indiquer le chemin; à cela s’ajoute le problème de l’achat des tickets. Contrairement dans les autres gares routières comme Pompier, Colobane, aux Beaux maraîchers, les usagers se mettent en rang pour accéder aux tickets donc la pratique des « coxeurs » est bannie. Une situation pénible pour chauffeurs comme usages. D’après quelques passagers, les chauffeurs ont profité de l’ouverture de cette nouvelle gare routière pour augmenter les prix (9000 F CFA) pour aller au Fouta alors qu’auparavant c’était entre 6000 et 7000 F CFA.



Cependant à cause du manque de maîtrise du système informatique qui a retardé les transporteurs dans l’achat de tickets et dans l’enregistrement dans les registres, les responsables de la gare ont dû se résoudre à mettre de côté la modernisation pour retourner au système informel. Selon eux les gens qui sont mis dans cette  gare ne maîtrisent pas ce qu’ils font. Ils sont allés jusqu’à dire que les ordinateurs sont tombés en panne. Vraiment c’est un système qui retarde notre travail, nous voulons retourner sur l’ancien système Où on a besoin qu’un stylo pour s’inscrire ajoute un chauffeur. Néanmoins les autorités venues pour l’ouverture de la gare ont constatés les difficultés que rencontrent les usagers et les transporteurs. « Nous avons constatés de difficultés d’exploitation pour cette première journée. Nous en convenons, toute innovation, toute nouveauté implique de changements de manière de faire. C’est l’occasion de demander pardon à tous les usages qui sont ici présent et qui, depuis un certain temps, ont de la peine à avoir des véhicules pour voyager », se désole Alioune Thiam, Directeur général de l'AFTU qui souligne que tout début est difficile et ajoute que le problème sera réglé dans les plus brefs délais.


Ce, au moment où chauffeurs et clients, eux, réclament le retour des "coxeurs". 

Pape Moussa BA (stagiaire)

Mardi 12 Août 2014 - 11:35



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter