PDS: Pourquoi il faut envisager la candidature de Me Wade ? (Responsable)



Les supputations allaient bon train lorsque Pressafrik.com a posé l’interrogation : PDS (Parti Démocratique Sénégalais): Et si Abdoulaye Wade se présentait en 2017 ? C’était depuis avril dernier. Pas plus tard qu’hier l’ancien premier ministre de Wade a jeté un pavé dans la mare. «Wade est le plan B du PDS», sert Souleymane Ndéné Ndiaye. Contacté, le membre du Comité Directeur  (CD) du parti libéral, Pape Saër Gueye de préciser que « Souleymane Ndéné Ndiaye est très inspiré».


«Prenant l’initiative d’envisager Me Wade comme plan B, Souleymane Ndéné Ndiaye pose deux (2) problèmes, le premier est un problème de chances politiques parce que Me Wade contre toute attente est l’un des leaders politiques d’envergure internationale et mondiale qui après avoir perdu le pouvoir malgré les traditions de Senghor et Abdou Diouf et presque des présidents Africains, a dérouté les analyses en se repositionnant comme un leader qui a su faire bouger les choses au Sénégal. « De retour de Versailles (France), il a été accueilli au Sénégal par des millions de personnes, il a tenu pendant quatre (4) heures de temps malgré les spéculations sur son âge, son état de santé, il a continué à Touba où encore des millions de personnes l’ont soutenu. Et depuis lors, il a imprimé un rythme d’un parti d’opposition après avoir perdu le pouvoir à 65 %.


Ce qui fait qu’il a fallu qu’il initie deux meetings, des marches,…Et c’est cette persévération qui a préoccupé le pouvoir et qui a valu toutes ces arrestations… », campe le responsable libéral. Pape Saër Gueye d’indiquer que «si on analyse effectivement de part cette capacité qu’il a prouvée avec maintenant l’enlisement du régime de Macky Sall qui torpille toutes les libertés; quelqu’un qui analyse froidement, il peut dire dans un contexte exceptionnel «pourquoi ne pas envisager effectivement la candidature de Me Wade ». En tout état de cause, si on revient sur l’approche politique pure, on peut dire la discipline du parti et la seconde manière de faire revenir Me Wade de la manière la plus pertinente, c’est avec quelqu’un qui a contribué à consolider sa vision.



Citant dès lors Karim Maïssa Wade, le secrétaire général communal du PDS à Kébémer tranche : «De mon point de vue, Karim Wade est le plan A, B et C. Et coupler les deux (2) donc Me Wade serait le plan D… ». Ainsi donc, «le plan A, c’est Karim et une partie importante de Wade parce qu’il est capable de porter sa vision, de continuer ses projets et son programme mais Souleymane a été très intéressant et inspiré parce que comme nous sommes dans un domaine scientifique, ce sont des sciences sociales, il faut spéculer. Cela prouve que Me Wade reste un leader historique. C’est un don de Dieu… », poursuit le secrétaire national chargé des Sénégalais de l’extérieur du PDS.



Au téléphone de Pressafrik.com Pape Saër Gueye de préciser que «pour ce qui est de Modou Diagne Fada, ce qui se déroule au niveau de l’espace médiatique et l’approche qui est initiée par certains qui lui sont proches et qu’il a commandités, c’est une indiscipline politique parce qu’un parti discute dans ses instances les idées, les propositions, les ambitions voire mêmes les prétentions. Ce qui fait que la stratégie d’utiliser une presse et de prendre quelques personnes pour se réunir, qu’on finance des manifestations de 50-70 personnes pour dire nous voulons que Modou Diagne Fada prenne la tête, un parti ne fonctionne pas comme cela. D’autant plus que le parti avait tenu un Congrès extraordinaire avec ses deux (2) décisions majeures : la désignation démocratique du candidat Karim Meïssa Wade et la résolution qui a été votée et qui demandait au secrétaire général d’accompagner notre candidat jusqu’après l’élection prochaine».
 

Ce, avant martèle notre interlocuteur la tenue d’ «autre CD pour rappeler à Modou Diagne Fada et Habib SY que la discipline du parti recommande dès qu’on délibère sur une question que les gens surtout les responsables puissent respecter tout cela ». D’autant plus, rage ce dernier le président du Groupe parlementaire libéral et Démocratique «passe toute sa vie à concourir... ». Réagissant sur le rejet de la demande de liberté provisoire de Me El Hadji Amadou Sall, Pape Saër Gueye dénonce «un schéma, le premier étant la liquidation du leader historique Me Wade. Comment le faire ? Une fois qu’il quitte le pouvoir, c’est de tuer tout ce qui incarne sa vision. Et Me El Hadji Amadou Sall, c’est l’un des piliers essentiels du parti sur la communication, sur le Droit, l’ingéniosité politique. Ce sont les seules raisons qui le confinent encore là-bas ».  Selon ce dernier en ce qui concerne Karim Wade, «le Droit va être dit pour qu’il nous rejoigne pour mener le combat » en vue de «la reconquête démocratique du pouvoir ». 


Vendredi 22 Mai 2015 - 11:43



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter