PDS-Transhumance-traque des biens mal acquis: Les libéraux face au défi de la "remobilsation" pour ne pas périr

Sèchement réexpédié dans l’opposition le 25 mars dernier par 65 % de l’électorat sénégalais, le Parti Démocratique Sénégalais a renoué brutalement avec les aléas de la perte du pouvoir, la transhumance, l’infiltration, entre autres en plus de la fameuse et non des moindres inconvénients, la traque des biens dits mal acquis. Leur parti en danger, Oumar Sarr et Cie ont concocté des "mesures de survie" pour ne pas tout simplement tomber dans l'oubli.



PDS-Transhumance-traque des biens mal acquis: Les libéraux face au défi de la "remobilsation" pour ne pas périr
Le pape du « Sopi » et charismatique fer de lance de la formation libérale, Me Abdoulaye Wade qui a consommé sa retraite politique à Versailles, les anciens responsables du parti, Idrissa Seck, Pape Diop et l’actuel président Sall, lui-même, en l’occurrence, qui ne cessent d’appâter leurs militants, ont fini de placer le PDS sur le « qui vive ». Et, qui prévoit des changement notoires dans le management, une remobilisation des  troupes et une véritable opération de séduction à l’endroit des « politiciens épris d’un bon cadre d’exercice de leur passion » comme plan de « survie », renseigne le journal, «L’Observateur " qui offre ne tribune à Oumar Cie et Cie pour déverser leur bile à l’endroit du dernier premier ministre de gouvernement sortant, Souleymane Ndéné Ndiaye et l’ancien directeur de cabinet de Wade, Habib SY. Des responsables du PDS qu’ils accusent de « complicité » dans l’effort de déstabilisation ourdi contre les libéraux par  le président de la République.


Lundi 13 Mai 2013 - 13:20



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter