PDS contre le report des Locales: "Il ne faut même pas y penser", prévient Modou Diagne Fada

La coordination des organisations de la société civile qui œuvre pour le report des élections locales ce, dit-elle pour éviter l’intervention du président Sall qui pourrait valoir des sanctions au Sénégal par la Communauté Economique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO), prêche dans le désert. « Il ne faut même pas penser à un quelconque report des élections locales », prévient le président du groupe parlementaire libéral et démocratique, Modou Diagne Fada qui égratigne le président Sall qui doit travailler à respecter le calendrier républicain. « Perçu à travers le monde comme une démocratie sérieuse et organisée », le Sénégal peine, regrette le responsable libéral, en a finir avec ces élections. Ce, au moment où, il urge que les conseillers municipaux qui sont à la fin de leur mandat, puissent se présenter devant les électeurs qui décideront.



Pour le Parti Démocratique Sénégalais (PDS), c’est clair, net et précis. Cela suffit. Il n’est pas question de reporter les élections  locales. « Il faut absolument tenir les élections le 29 juin. Le PDS est contre tout projet de report des élections locales. Nous l’avons déjà fait une fois, cela suffit. Il faut aller dans le sens de la tenue du rendez-vous électoral. S’il faut que les partis se reparlent à nouveau pour aboutir à un consensus, il faut le faire. Il ne faut même pas penser au report. S’il faut reparler du mode de scrutin ou de la répartition des sièges en ce qui concerne les élections locales, il faut le faire », décline Modou Diagne Fada qui enfonce le clou.


« En ce qui nous concerne, nous sommes encore une fois ouverts à la discussion, à la négociation mais il reste clair que nous ne pouvons pas accepter un recul démocratique. Il faut renforcer la dose proportionnelle au niveau des élections locales, faire naître une meilleure représentation de l’ensemble des forces politiques et arriver à des assemblées départementales et communales où l’ensemble des forces politiques siègeront. S’il faut supprimer la proportionnelle au bénéfice de la majoritaire, nous ne pouvons pas être d’accord ».


Pour le responsable libéral sur les ondes de la Rfm, « la société civile prêche dans le désert » car le PDS n’est « pas ouvert pour discuter d’un quelconque report des élections locales. Il faut en finir avec ces élections là. Depuis un an, on en parle les conseillers municipaux élus sont à la fin de leur mandat, il est important qu’ils puissent représenter devant les électeurs pour regagner leur confiance. Le Sénégal doit travailler à respecter le calendrier républicain, nous sommes perçus à travers le monde comme une démocratie sérieuse et organisée, on ne peut pas se permettre autre chose ». 

A travers le report des élections locales, la coordination des organisations de la société civile rejette l'intervention du président Sall qui pourrait être, craigne-t-elle, synonyme de sanctions de la CEDEAO à l'encontre du Sénégal.  



Lundi 10 Mars 2014 - 14:38




1.Posté par THIEY le 10/03/2014 19:13
Modou Diagne Fada parle mais il sait que c'est trop tard d'engager un dialogue pour la réforme du code

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter