PS/APR : les raisons qui rendent inévitable le divorce entre les deux alliés



PS/APR :  les raisons qui rendent inévitable le divorce entre les deux alliés

    
     Rien ne semble plus aller entre l’Alliance pour la République et le Parti socialiste. Depuis l’annonce par le ministre de l’Education du recrutement de 500 enseignants, les camarades du président de la République, Macky Sall sont montés au créneau pour traiter de tous les noms d’oiseaux le ministre socialiste. Ils sont même allés jusqu’à demander son limogeage.  Pour certainement prévenir un départ éventuel du Parti socialiste du gouvernement, le président Sall multiplie les audiences pour élargir les bases de son parti. De plus en plus, les observateurs de la scène politique sénégalaise font état « du début de la fin » du compagnonnage entre le Ps et l’Apr. Cette assertion semble évidente. Plusieurs raisons rendent évitable le divorce entre les deux alliés.

        Il s’agit principalement des élections locales qui s’approchent. Membre de la coalition Bennoo Siggil Sénégal qui avait permis à l’opposition de gagner plusieurs villes du Sénégal lors des élections locales de 2009, le Ps avait réussi à installer ses militants à la tête de plusieurs collectivités locales : Dakar, Podor, Louga, Mbour, etc. les socialistes sont aussi dans la majeure partie des communes d’arrondissement de Dakar. Cheikh Sarr, le leader de Niaxx jarinu qui fait partie des alliés d’Ousmane Tanor Dieng est à la tête de la ville de Guédiawaye après la mort de Chérif Macky Sall.  Ces villes font partie des localités qui polarisent plus d’électeurs. Les contrôler peut être d’un grand apport dans la bataille pour la présidentielle de 2017. D’où la volonté affichée des responsables de l’Apr d’être à la tête de ces collectivités locales. A Dakar, Abdoulaye Diouf Sarr et Seydou Guèye se positionnent. Aliou Sall, le frère du président de la République vise la ville de Guédiawaye. La volonté des « Apéristes » est d’être à la tête des principales villes du Sénégal. Les socialistes qui ne cachent pas leur volonté de revenir pleinement aux affaires après la défaite de mars 2000 ne veulent pas se laisser faire.
Ils ne veulent pas non loin être la cible des responsables de l’Apr. Quelques heures après la sortie des « Apéristes » contre Serigne Mbaye Thiam, le leader du Ps est monté au créneau pour demander la cessation des hostilités, soulignant que les attaques contre son poulain sont inacceptables.  Tout laisse penser que les camarades de Macky Sall estiment que le recrutement des enseignants a permis aux socialistes de caser leurs jeunes. Cela a visiblement créé la désillusion chez nombre de militants de l’Apr qui, après avoir raté le recrutement dans la fonction publique, espéraient y accéder en passant par le ministère de l’Education.

La configuration de l’espace politique sénégalais est aussi une raison qui rend inéluctable le divorce entre les deux alliés. Le Ps est un des sérieux prétendants au fauteuil présidentiel en 2017.  La formation socialiste est l’un des partis les plus structurés du Sénégal.  Il peut bien profiter du vide qui semble se dessiner devant Macky Sall avec la saignée que subit le parti Rewmi avec le départ de responsables vers l’Apr et les difficultés du Pds qui fait face à l’épineux dossier de la traque des biens mal acquis.
 
 
 
 
 
 
 


Mercredi 13 Novembre 2013 - 16:42



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter