PSE-La Banque Mondiale séduite : le vice-président salue un « instrument stratégique de réduction des inégalités »



PSE-La Banque Mondiale séduite : le vice-président salue un « instrument stratégique de réduction des inégalités »

Les choses débutent bien pour le président Sall et Cie à Paris pour les besoins du Groupe consultatif portant sur la recherche de milliards en vue du Plan Sénégal Emergent (PSE). La Banque Mondiale (BM) salue la dimension sociale du plan que  le vice-président de la BM pour l’Afrique qualifie d’ « instrument stratégique de réduction des inégalités ».
 
« La marginalisation d’une frange de la population, qui ne bénéficie pas d’un partage équitable des richesses, est une menace à ne pas ignorer. A ce titre, nous saluons le Plan Sénégal émergent qui nous semble être un instrument stratégique de réductions des inégalités », déclare Makhtar Diop à l’ouverture de la table ronde organisée par le Sénégal dans la capitale française.
 
Saluant l’extension de la protection sociale du gouvernement sénégalais qui s’est matérialisée par la distribution de bourses familiales aux couches les plus démunies de la société, le vice-président de la BM, en présence du président Macky Sall de louer la Couverture Maladie Universelle (CMU), le programme mis en œuvre par le gouvernement sénégalais pour baisser le coût des soins de santé.
 
Des efforts salutaires  qui ne sont cependant pas suffisants, relève Makhtar Diop qui souligne qu’il faut « une croissance dans des secteurs créateurs d'emplois, y compris dans le secteur informel ». Principal bailleur de fonds du Sénégal, la BM se réjouit également de « la priorité que donnent les autorités sénégalaises à l’agriculture ».  « Il est heureux de constater que les politiques publiques se réorientent vers le développement du secteur agricole, à travers l’amélioration de la gestion foncière et de l’irrigation. C’est dans l’agriculture que résident, au moins pour le moment, l’un des plus gros gisements de création d’emplois et de réduction de la pauvreté. Nous sommes aussi convaincus qu’il faut encore augmenter de façon significative les ressources allouées au secteur agricole. Dans cette logique de création d’emplois, je ne peux manquer de souligner la nécessite de relancer le secteur manufacturier »,  dit-il. Ce, avant de souligner que « le Sénégal a des avantages comparatifs qui, dans d’autres pays, ont produit des effets positifs durables ».
 
Enumérant ces avantages comparatifs, le vice-président de la BM pour l’Afrique de lister : un capital humain de qualité, une stabilité politique, de fortes institutions, une bonne gouvernance, une ouverture sur le reste du monde et une grande capacité d’adaptation et de mise en œuvre des politiques économiques. 


Lundi 24 Février 2014 - 13:05



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter