PSE : la Banque islamique de développement injecte 82 milliards 700 millions pour une énergie peu coûteuse



PSE : la Banque islamique de développement injecte 82 milliards 700 millions pour une énergie peu coûteuse
Le financement du Plan Sénégal Emergent (Pse) arrive à petit pas. L'Etat du Sénégal et la Banque Islamique de développement vont faire du chemin sur cette optique en signant hier, deux conventions de financement d'un montant cumulé de 82 milliards 700 millions de F CFA. « Ces conventions viennent s'ajouter à celles déjà conclues pour un montant de 700 milliards 300 millions, à l'occasion du forum régional de haut niveau sur les 40 ans d'investissement de la BID, tenu à Dakar », renseigne le ministre de l'Economie et des Finances, Amadou Bâ.


Selon le ministère, cette convention entre dans la lettre de politique de développement du secteur de l'énergie, inscrit dans le Pse. C'est un plan de relance de l'électricité. Il va passer par l'expansion des échanges transfrontaliers de l'électricité entre la Mauritanie et le Sénégal, l'approvisionnement en électricité des régions du pays comme Dakar, Thiès et Kaolack à un coût compétitif.


Les engagements financiers de la Bid au Groupe consultatif de Paris étaient de 550 milliards de F CFA. En l'espace de 3 mois, ils ont été honorés à hauteur de 186 milliards de F CFA, ce qui est une bonne pioche de l'avis du ministre Amadou Bâ. D'ailleurs, depuis la tenue des consultations de Paris, le gouvernement du Sénégal et les partenaires techniques et financiers ont signé des conventions de financement d'un montant de global de 500 milliards 650 millions sur les 3 729 F CFA.

Cette situation fera dire au vice-président chargé des opérations de la Bid, Birama Boubacar Sidibé, qu'ils sont en avance dans le calendrier pour la concrétisation de leurs engagements et que ce financement vise surtout à permettre au Sénégal d'avoir une énergie moins coûteuse.


Jeudi 15 Mai 2014 - 14:20



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter