PSG - Barça : 1-3, Suarez, l'homme du match

Terrible désillusion pour le PSG. Largement dominé par un Barça réaliste (3-1), le club francilien a très certainement dit adieu à la Ligue des Champions ce soir.



Nouveau tournant dans la saison du PSG. Le club francilien, en très bonne forme et tout juste auréolé d’un titre en Coupe de la Ligue, retrouve en effet le FC Barcelone pour un quart de finale de Ligue des Champions. Une compétition prioritaire pour les Parisiens et leurs propriétaires qataris, qui rêvent de régner sur le Vieux continent. Mais pour ce premier round au Parc, coach Laurent Blanc devait composer avec de nombreuses absences, entre les suspensions d’Ibrahimovic ou Verratti, et l’indisponibilité d’un Motta. C’était donc une équipe remaniée qui se présentait face aux Blaugranas, pour un match qui s’annonçait indécis jusque dans la physionomie, les deux équipes étant habituées à faire le jeu et tenir le cuir. Dans la pratique, l’initiative est catalane en début de rencontre. Si les hommes de Luis Enrique ont le ballon dans leur pied, la première occasion est parisienne, avec un bon mouvement côté gauche que Pastore n’est pas parvenu à conclure (8e).


 

Mais si Paris défend bien et que les Barcelonais donnent l’impression de jouer sur un petit rythme, Lionel Messi vient faire trembler le Parc avec un enroulé qui heurte le montant d’un Sirigu battu (13e). Une occasion qui jette le doute dans l’arrière-garde francilienne, qui s’effrite à compter de ce moment. Après quelques imprécisions, Messi, encore lui, profite d’un espace laissé aux 30 mètres pour accélérer et trouver Neymar en profondeur dans la surface, lequel bat Sirigu d’un plat du pied (0-1, 17e). La sortie du capitaine Thiago Silva dans la foulée, pour une blessure musculaire, ne faisait qu’accentuer la détresse des hommes de Laurent Blanc, acculés dans leur camp et incapables d’en sortir. Il faudra attendre la demi-heure de jeu, et une bonne opportunité de contre gâchée par Cavani (28e), pour voir un PSG plus entreprenant, et capable de développer des actions dans le camp adverse. Sur l’une d’elles, l’avant-centre uruguayen touche enfin les gants de ter Stegen (35e). Une embellie qui laisse augurer du mieux pour le second acte.


 

Et en effet, à la reprise, les joueurs franciliens ont une envie démesurée. Et cette envie se traduit en occasion, Pastore (49e) puis Rabiot (51e) venant solliciter ter Stegen avec des frappes lointaines. De bonnes promesses, qui ne tiennent pas dans la durée. De fait, malgré la domination naissante, les imprécisions viennent ensuite polluer les offensives parisiennes. Jusqu’à l’exploit personnel de Suarez, venant tout chambouler encore : servi côté droit, l’Uruguayen a éliminé deux joueurs et résisté au retour d’un autre avant de battre Sirigu (0-2, 67e). Si Cavani a réagi quasi-immédiatement (69e), les hommes de Laurent Blanc accusent le coup. Et sombrent définitivement, après une nouvelle balade du Pistolero, qui efface tranquillement David Luiz avant de caler le cuir en lucarne (0-3, 79e). Le but de Mathieu contre son camp, après une frappe de van der Wiel (1-3, 82e), sera plus surprenant qu’autre chose. Après ce 3-1 à domicile, le rêve européen du PSG semble n’être plus qu’une illusion.


 

L’homme du match : Luis Suarez (8) :



 pendant longtemps, l’Uruguayen s’est cantonné à un gros travail de harcèlement sur le porteur, qui a certes failli lui sourire suite à une récupération devant David Luiz (42e), mais qui ne l’a pas mis en valeur devant le but adverse, lui qui était trop rarement servi dans de bonnes conditions. En fin de match cependant, il s’est mué en ce Pistolero qu’on connaît, et plutôt que d’attendre les passes, a décidé de faire le travail tout seul. Deux buts résultant d’exploits personnels (67e, 79e), avec au passage des petits ponts sur David Luiz, qui portent la marque du grand joueur. Et garantissent presque une qualification au Barça.

 

 


Footmercato

Mercredi 15 Avril 2015 - 21:52



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter