PSG : le vestiaire n’a pas compris le choix de Laurent Blanc...

En alignant une formation disposée en 3-5-2 face à Manchester City en quart de finale retour de Ligue des Champions (0-1), Laurent Blanc a surpris tout son monde. Y compris ses dirigeants et surtout ses joueurs.



Il n’était pas encore 20h quand les premières rumeurs faisant état d’une surprise dans la composition de Laurent Blanc fuitaient. Obligé de l’emporter à l’Etihad stadium pour accéder enfin aux demi-finales de la Ligue des Champions, le coach du Paris Saint-Germain a bien choisi d’innover en tentant un nouveau schéma tactique. Toujours utilisé jusque-là par le Cévenol, le 4-3-3 habituel avait été remisé au profit d’un 3-5-2 inédit. Un choix fort qui n’a tenu que 45 minutes. Sommé de s’expliquer après la déroute francilienne contre Manchester City, Blanc ne s’était pas défilé. Pourtant, ce dernier a bien surpris tout son monde.

À commencer par ses adversaires et un Eliaquim Mangala qui n’a pas caché sa surprise au moment de découvrir le onze de départ du PSG. « Oui, un peu. Ils ont débuté avec trois défenseurs. Je ne m’attendais pas à une telle approche tactique », a déclaré le Français à l’issue de la rencontre. Étonnés, les Citizens ont tout de même su répondre au défi tactique raté de Blanc. Un constat lié en partie à l’incompréhension de son vestiaire. Selon Le Parisien, les hommes de Blanc auraient bien réclamé du changement après la contre-performance de l’aller (2-2). « On joue toujours de la même façon, en championnat comme contre Barcelone ou City, il faut changer quelque chose », a ainsi indiqué un proche du vestiaire quotidien. Mais visiblement, personne ne s’attendait à un tel coup de poker, aussi bien les joueurs que le président Al-Khelaïfi.

Un plan B décidé au dernier moment

Hier, L’Équipe du Soir annonçait d’ailleurs que le coach des Rouge-et-Bleu aurait décidé de tenter ce fameux 3-5-2 dimanche dernier, soit au lendemain du succès en terres guingampaises (2-0). Un coup tenté « sans concertation particulière auprès des joueurs cadres », ajoute même Le Parisien. Si cette information se confirme, les champions de France en titre n’ont donc eu que deux petits jours pour travailler ce système complètement nouveau. Une tendance qui semble se confirmer au vu des propos tenus par Zlatan Ibrahimovic. « En première période, nous avons joué dans un système que nous n’avions jamais essayé avant », a ainsi déclaré le Suédois dans les couloirs de l’Etihad stadium selon L’Équipe .

Un scénario incroyable au vu de l’importance du match qui attendait un PSG rembarré en quart de finale ces trois dernières années. Dès lors, une question se pose. Si tenter un coup tactique reste l’une des armes d’un entraîneur, pourquoi Blanc n’a-t-il pas utilisé l’avance confortable de son équipe en championnat pour tester ce 3-5-2, voire un autre plan ? Sacrés champions de France depuis le 13 mars dernier, les Parisiens auraient eu deux matches pour essayer un ou plusieurs plans de secours en cas de manque d’efficacité du 4-3-3. Face à l’exigence de la Ligue des Champions, le Cévenol semblait visiblement à court de plans B. Et si la faillite de certains cadres ne doit pas être oubliée, Blanc a payé cher sa solution de repli décidée dans l’urgence.

Source: Rfi.fr



Jeudi 14 Avril 2016 - 07:02



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter