Palestine-jeudi 15 mai 2014: COMMEMORATION DE LA NAKBA



Palestine-jeudi 15 mai  2014: COMMEMORATION DE LA NAKBA
L’Ambassade de l’Etat de Palestine au Sénégal marque cette année encore, avec les militants de la liberté, en Palestine, au Sénégal et à travers le monde, la Nakba – la catastrophe, en référence à la douloureuse expérience de dépossessions, de destructions, d’expulsions, de pillages et de massacres commis par les milices israéliennes et vécus par le peuple palestinien dans sa chair et sur sa terre historique, il y a soixante-six ans : environ 800000 palestiniens expulsés, plus de 500 villages rasés. Avec la Nakba et sa valeur symbolique, c’est un devoir de mémoire très important que nous commémorons, celui de l’exil forcé et violent d’une grande partie de la population palestinienne, et de la revendication du droit au retour entériné́ par la résolution 194 de l’ONU. Cette large blessure ouverte depuis 1948, continue à peser sur l’avenir du peuple palestinien qui en paye encore un lourd tribut et voit son avenir entre parenthèse.
 

L’Ambassade de l’Etat de Palestine rappelle que nous comptons aujourd’hui plus de 7 millions de réfugiés vivant pour la plupart dans les 58 camps administrés par l’UNRWA. Le cas des réfugiés palestiniens est le cas de déplacement forcé le plus massif dans le monde et le plus long dans l’histoire contemporaine. Presque 70% de la population palestinienne est réfugiée. La grande majorité́ d’entre eux est restée dans les pays de la région où l’exode forcé les a mené́. 58% des Palestiniens à Gaza et 42% des Palestiniens en Cisjordanie sont des réfugiés. Seulement 34,2% de la population palestinienne n’a jamais été́ déplacée.

 
Poursuite de la colonisation
L’Ambassade de l’Etat de Palestine au Sénégal rappelle que depuis 1948 à nos jours, la situation du peuple palestinien ne cesse de se dégrader et cela malgré les efforts de la direction palestinienne pour relancer le processus de paix sous l’égide des Etats-Unis ou de la communauté internationale. Il est indéniable qu’Israël ne se satisfait pas du territoire dont elle dispose et poursuit son expansion par la colonisation des Territoires Occupés Palestiniens. Pour comprendre la gravité de la situation, il faut savoir que plus de 500.000 colons sont ins¬tallés à Jérusalem-Est et en Cis¬jor¬danie, et mettent en danger l’économie pales¬ti¬nienne qui n’est plus en mesure d’assurer son propre déve¬lop¬pement agricole et manu¬fac¬turier. La poursuite de la colonisation va de pair avec les agressions incessantes menées simultanément par les organisations des colons à idéologie racistes et méthodes terroristes, tels que « Price tag » (Prix à payer) et « Hilltop youth » (les jeunes des collines), et les forces d’occupation israéliennes contre les populations civiles palestiniennes en Cisjordanie, à Jérusalem-Est et dans la Bande de Gaza, sans oublier la politique d’incarcération massive de la population palestinienne. Nous avons recensé pendant ces 9 mois de négociations plus de 650 agressions des colons israéliens sur les citoyens palestiniens dans les territoires occupés y compris les actes de vandalisme contre les cimetières chrétiens et musulmans.
 

Refus de la libération des prisonniers palestiniens et Arrêt des Négociations
L’Ambassade de la Palestine rappelle qu’à ce jour, quelque 5224 prisonniers (femmes et enfants compris) croupissent toujours dans les prisons et centres de détention israéliens. Depuis 1967, plus de 850 000 Palestiniens (20% de la population totale et 40% de la population masculine) ont été emprisonnés dans des geôles israéliennes. Fait unique au monde, 27 députés palestiniens sont en prison dont, Marwan Barghouti, enfermé depuis douze ans.
 
Conformément aux engagements pris pour relancer les négociations de paix sous l'égide des Etats-Unis, il avait été convenu de la libération de 104 prisonniers palestiniens en quatre tranches. Le gouvernement israélien a refusé de procéder à la libération de la quatrième tranche des prisonniers, preuve de leur manque de volonté de faire avancer la paix.  Ces actes viennent en écho de la politique colonisatrice et des agressions israéliennes continues et répétées contre notre peuple, nos lieux saints et nos droits les plus élémentaires, dans le but de saper les efforts des négociations et une paix juste.  Israël doit comprendre que les négociations sont un outil pacifique de régler le différent et non un écran de fumée derrière lequel ils peuvent se cacher pour poursuivre la colonisation des territoires occupés et l’apartheid imposé au peuple palestinien.
 
Suite aux refus répétés d’Israël de stopper la colonisation et de libérer les prisonniers, la direction palestinienne, a décidé de poursuivre de son côté la politique de reconnaissance internationale de notre Etat en adhérant et signant une quinzaine de conventions et traités internationaux, dont les conventions de Genève sur la protection des civils, de Vienne sur les relations diplomatiques, la convention sur l’élimination et la répression du crime d’apartheid…etc. 

 
L’Ambassade de l’Etat de Palestine au Sénégal salue le gouvernement de la République sœur du Sénégal et le Peuple sénégalais pour son soutien constant, en faveur de la juste cause de notre peuple, ainsi que pour ses engagements fidèles en soutien aux droits du peuple palestinien. Elle invite l’ensemble des pays de l’Organisation de la Coopération islamique, ainsi que les gouvernements des pays frères d’Afrique et la Communauté Internationale, à poursuivre efficacement leurs efforts, en soutien de la direction palestinienne, dans cette lutte contre la colonisation et pour un Etat de Palestine souverain et indépendant avec Jérusalem-Est comme capitale, et pour une solution basée sur le droit international de la question des réfugiés palestiniens, en conformité avec la résolution 194 des Nations Unies de Décembre 1948.  

Ambassade Palestine

Mercredi 14 Mai 2014 - 17:09



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter