Paris Jackson, la fille de Michael Jackson brise le silence : « mon père a été comploté et assassiné»



Paris Jackson, la fille de Michael Jackson brise le silence : « mon père a été comploté et  assassiné»
Sept ans après la mort de Michael Jackson, sa fille, Paris, révèle au magazine Rolling Stone être convaincue qu'il s'agissait d'un assassinat.
 
Paris Jackson n'avait que onze ans le jour où son père, Michael, est décédé. Sept ans après ce terrible mois de juin 2009, désormais âgée de 18 ans, l'héritière du roi de la pop a accordé un entretien au célèbre Rolling Stone Magazine. Si elle y dévoile ses préférences musicales, le choix de ses tatouages et même quelques détails de sa vie amoureuse, la jeune femme revient avant tout sur le décès de son père. Officiellement, Michael Jackson a succombé à une trop forte dose de Propofol administrée par le Dr. Conrad Murray. Le médecin a d'ailleurs été condamné à quatre années de prison pour homicide involontaire. Mais à en croire Paris, la vérité se trouve ailleurs.
 
Michael Jackson assassiné? «Absolument!», s'exclame-t-elle. "C'est évident. Tous les éléments pointent dans cette direction. Cela fait penser à une théorie du complot et semble être n'importe quoi mais tous les vrais fans et les membres de ma famille sont au courant. C'était un coup monté." Monté par qui? A ce sujet, la jeune femme reste évasive. Selon elle, beaucoup de gens ont souhaité la mort de son père. Parmi les coupables potentiels, la société AEG Live, promoteur de la dernière tournée de Michael Jackson, This is it!. «Ils ne traitent pas bien leurs artistes, estime-t-elle. Ils les épuisent et les font travailler jusqu'à leur mort». La famille Jackson a pourtant perdu un procès contre l'entreprise, la justice américaine ayant estimé qu'AEG Live n'était pas responsable du décès de l'artiste.
 
Si elle n’apporte pas davantage de précisions quant à l'identité du responsable de la mort de son père, Paris Jackson se rappelle cependant que Michael l'avait prévenue du risque qu'il encourait. «Il laissait entendre que des gens tentaient de s'en prendre à lui, assure-t-elle. Au bout d'un moment il répétait 'Ils vont me tuer un jour ou l'autre».

Aminata Diouf

Mercredi 25 Janvier 2017 - 13:18



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter