Parité-Adji Mergane Kanouté hors d’elle : « C’est la plus grosse arnaque du siècle »



Parité-Adji Mergane Kanouté hors d’elle : « C’est la plus grosse arnaque du siècle »
Selon la présidente des femmes de la coalition au pouvoir, Benno Bokk Yaakaar (BBY), « la loi sur la parité est  une loi révolutionnaire qui a atteint son premier objectif. Ce premier objectif est par excellence le respect de la parité absolue dans les institutions électives et semi électives nonobstant  quelques balbutiements avec  le bureau de l’exécutif parlementaire ». Mais, « ce concept, tant salué, valorisé par toute la gente féminine sénégalaise et au-delà même de nos frontières,  s’est révélé une coquille vide », déplore Adji Mergane Kanouté qui ne manque pas d’assurer. « La parité trouve toute sa quintessence et pertinence  si et seulement si  la femme se retrouve dans les sphères de décisions, les bureaux  exécutifs des conseils municipaux et départementaux. La parité absolue pour les institutions électives et semi électives n’a de sens si la femme doit se limiter au statut de spectateur en se contentant juste du statut de conseillère  municipal ou départemental ».

 
Pour elle, « l’installation des conseils municipaux et départementaux nous renseigne à suffisance de l’exclusion totale des femmes dans les conseils exécutifs, le cas du département de Foundiougne est une illustration parfaite avec cinq hommes qui constituent le bureau du conseil départemental ». A cet effet, charge-t-elle, « l’Observatoire National sur la Parité (ONP) devra être dissout car c’est une institution budgétivore, sans utilité aucune pour la femme en général et politique en particulier ». Ce qui ne passe pas de son côté, c’est « comment des personnes qui sont grassement payées pour porter vaillamment le combat des femmes peuvent-elles se permettre d’envoyer uniquement un communiqué  de rappel alors que leur  mission se devait d’être sur le terrain ; d’assister leurs sœurs aux fins de ne pas être réduites à un rôle d’observatrices et de spectatrices dans leurs nouvelles fonctions de conseillères municipales et départementales ».
 

Mieux, martèle Adji Mergane Kanouté, « le deuxième objectif qui devait être fondamental fut un échec total d’où l’urgence e et l'impératif de la dissolution pure et simple de l’observatoire national sur la parité qui est la plus grosse arnaque du siècle ». Et, «les femmes doivent refuser d’être des escaliers pour d’autres femmes qui ne sont là que pour leurs intérêts personnels au détriment de l’intérêt exclusif  d’autres femmes ». Ce, avant de citer  «les femmes politiques» qui  «ont porté leur propre combat jusqu’à obtenir courageusement cette parité absolue », à savoir dit-elle, « Mme le ministre Aminata Mbengue Ndiaye, à Mme Marie Angélique Savane, aux honorables députées mesdames  Haoua Dia Thiam et Aida Mbodj… ». Forte de ce fait, il s’agit selon la responsable des femmes de BBY, de « continuer et de se désolidariser de l’ONP». Car, il est impensable «  d’être » là grâce à la cause féminine et de se servir soi-même au lieu de les servir », charge-t-elle.
 
Et d’enfoncer le clou, « les femmes doivent se réveiller à temps,  crier haut et fort pour se faire entendre par le chef de l’Etat. Il est temps véritablement qu’il mette fin à la mission de l’ONP».


Mardi 15 Juillet 2014 - 13:59



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter