Participation du Sénégal à la coalition islamique contre le terrorisme: la pomme de discorde

La volonté du notre pays de participer à la coalition islamique contre le terrorisme formée par l'Arabie Saoudite ne semble pas faire l'unanimité au sein de la classe politique nationale. Si la décision est approuvée par les alliés, l'opposition par contre attend une déclaration solennelle du pouvoir.



Participation du Sénégal à la coalition islamique contre le terrorisme: la pomme de discorde
Pour lutter contre le terrorisme, 34 pays ont décidé de s'unir dans une coalition islamique antiterroriste dirigée par l'Arabie Saoudite. Cette coalition regroupe 20 nations Africaines dont le Sénégal. Selon le porte-parole du Parti Socialiste (PS), son parti ne trouve rien d'anormal et d'incohérent à ce que le Sénégal fasse partie d'une coalition internationale contre le terrorisme. Abdoulaye Wilane appelle ses compatriotes à "se rappeler de l'intérêt national, du rang et de la responsabilité du Sénégal en Afrique et dans le monde". "Notre pays a toujours assumé ses choix en matière d'intervention militaire pour pacifier une localité, un pays ou une zone, pour secourir un Etat, aux dispositions pertinentes du système des Nations unies...Le président du Sénégal qui dispose d'informations auxquelles n'accèdent pas le commun des Sénégalais est à la tête d'un pays présent au Conseil de sécurité. Il est membre non permanent mais bénéficie d'un certain nombre d'informations...Nous devons en parler avec responsabilité, sens de la mesure, un sens bien compris de l'intérêt du Sénégal", déroule le maire de Kaffrine. 


Une recommandation que semble partager le député et membre de l'Alliance des Forces de Progrès (AFP), souligne "Enquête" où Zator Mbaye appelle à plus de retenue et de responsabilité dans ces questions hautement stratégique. "Au Sénégal, les gens pensent pouvoir se prononcer sur toutes les questions sans pour autant maîtriser les tenants et les aboutissants. Les questions de sécurité ne doivent pas être débattues sur la place publique", déplore le progressiste. "Le président de la République est chargé de définir la politique intérieure et extérieure de la Nation, dans laquelle il y a les accords de défense, diplomatiques,...", estime-t-il. Du côté de la Ligue Démocratique (LD), l'on salue l'initiative. "Le terrorisme est un fléau mondial donc il faut une coalition de toutes les forces éprises de paix et de justice", prône le porte-parole, Moussa Sarr. 


 


Jeudi 17 Décembre 2015 - 09:55



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter