Pauvreté, développement et Sahara occidental: le Maroc se compte

Le Maroc vient d’achever le recensement général de sa population. L’opération a duré 20 jours et a mobilisé des dizaines de milliers d’agents dans tout le pays. Une avalanche de données qui devraient être rendues publiques d’ici le mois de décembre. Objectif affiché : servir de base à l’ajustement des politiques publiques, en matière d'éducation, d'emploi, de santé, d'aménagement urbain, mais aussi produire ses propres chiffres concernant le développement du pays.



Le recensement général de la population marocaine est terminé. Les données seront dévoilés d'ici décembre 2014. RFI/Sabine Cessou
Le recensement général de la population marocaine est terminé. Les données seront dévoilés d'ici décembre 2014. RFI/Sabine Cessou

Parmi les grandes données attendues de ce recensement, l’ampleur de la croissance démographique de la capitale économique. La population de Casablanca pourrait avoir bondi de 2 millions et demi d’habitant en l’espace de dix ans.

Sur le plan politique, le recensement dans les régions du Sahara occidental  est hautement stratégique. L’opération devra servir de base au processus de « régionalisation  avancée », incluant l’autonomie promise par Rabat sur ce territoire contesté.

Les chiffres officiels du Maroc souvent contestés

Ces données statistiques serviront aussi à quantifier les réalisations du Maroc sur le développement humain, soucieux d’accomplir les Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD)  d'ici 2015.

Les chiffres officiels du Maroc sont souvent contestés. En 2004, le Maroc ne comptait officiellement que 9 % de pauvres. Rabat conteste d’ailleurs régulièrement les chiffres contradictoires de l’ONU sur l’indice de développement humain. Dans son dernier classement, le Maroc arrive 129e sur 187 pays  : la lanterne rouge de la région Maghreb Moyen-Orient.

 

Rfi.fr

Dimanche 21 Septembre 2014 - 09:17



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter