Pavillon spécial de l’hôpital Le Dantec, Baïla Wane risque «une mort subite» selon son cardiologue

Baïla Wane en danger. Pour malversations, détournements de deniers publics, abus de biens sociaux, faux et usage de faux, l’ancien directeur général de la Loterie Nationale Sénégalaise (LONASE), Baïla Wane a été placé sous mandat de dépôt depuis 2012 à la Maison d’Arrêt et de Correction (MAC) de Rebeuss. Il a été évacué au pavillon spécial de l’hôpital Aristide Le Dantec par la suite pour piètre état de santé. Son état loin de s’améliorer, va de mal en pis. Le responsable libéral risque «une mort subite», a diagnostiqué le cardiologue Ibrahima Doucouré.



Pavillon spécial de l’hôpital Le Dantec, Baïla Wane risque «une mort subite» selon son cardiologue
Loin de supporter les conditions de détentions, l’ancien directeur de la LONASE, est très malade au niveau du pavillon spécial de l’hôpital Aristide Le Dantec. «Il risque des troubles du rythme de la conduction, un Accident Vasculaire Cérébral (AVC). Pis, une récidive d’infarctus ou mort subite», a prévenu le cardiologue Ibrahima Doucouré.

En décembre 2012, le médecin avait alerté sur l’état de santé du détenu qui faisait des aller et retour entre le l’infirmerie de la prison et le pavillon spécial. «Son état de santé qui nécessite un suivi médical cardiologique régulier n’est pas compatible avec le milieu carcéral classique», avait-il précisé dans son rapport de contre expertise envoyé au Doyen des juges d’Instruction, Mahawa Sémou Diouf qui n’avait pas réagi à l’époque, livre le journal, «L’Observateur».


Jeudi 2 Mai 2013 - 11:21




1.Posté par NGOR le 03/05/2013 15:13
c'est bien. Il a déjà vecu sa vie. Ils (lui et les autre bourgi et karim) ont depensé chacun pour 1 an des ressources necessaires pour faire manger et soigner 100 ou 1000 senegalais pendant 50 ou 100 ans. Tous les jours des sénégalais meurent dans le Fouladou, dans le Kedougou, dans le Baol faute de dispensaires, de routes pour les évacuer, d'école ( pour leur enseigner la prise en charge de leur problemes de sante)
tous les jours des senegalais meurent de facon subite dans leur bureau, dans les cars rapides parceque souffrant de pathologies qu'ils n'ont jamais décelés fautes de moyen. Lui au moins, il risque de crever (en prison) pour une maladie connue grâce a l'argent du pauvre sénégalais qu'il a pillé.
De grâce, bobo par ci baila par la defa doy, arrêter de nous pomper l'air avec ces voleurs qui n'ont aucun respect pour le commun des sénégalais qui n'a même pas les moyens de consulter un infirmier par leur faute.
En prison, ils ont au moins des médecins compétents capables de les prendre en charge.
Pour les pathologies évoquées, les moyens existent au Senegal (chirurgie cardiaque, coronarographie et autres) et si en plus ils veulent voyager pour des services qui existent au Sénégal et sur le dos de nous autres pauvres victimes (c'est forcement ce qu'ils nous ont volé)

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter