Pays-Bas - France : les notes du match

Dans une atmosphère lourde et pesante, la France s'impose 3-2 face à une relativement faible équipe des Pays-Bas. Après avoir menés de deux buts, les Bleus ont été rejoints et peuvent remercier Matuidi auteur du but vainqueur en fin de rencontre.



Le sort avait réservé un sacré destin à cette rencontre de football. Alors qu’elle ne devait être qu’un match parmi tant d’autres, cette affiche Pays-Bas - France à Amsterdam était au centre de toutes les attentions. Non pas parce qu’elle était l’une des dernières répétitions pour Didier Deschamps et sa bande à moins de trois mois pour l’Euro, lequel sélectionneur privilégiait une équipe presque type. Seul Mandanda remplaçait Lloris dans les buts alors que Payet était titulaire en attaque en compagnie de Giroud et Griezmann. Non, tout ça importait finalement assez peu. Car l’actualité a encore fourni son lot de tragédies cette semaine. Mardi, Bruxelles s’est réveillé dans l’horreur. 31 personnes ont perdu la vie dans de nouveaux attentats. Une minute de silence a donc été observée avant la rencontre. Jeudi, Johan Cruyff s’en est allé. Le Hollandais Volant a replié ses ailes à 68 ans, terrassé par un cancer du poumon. Entre cheveux longs et passes courtes, le géniteur du football moderne laisse un pays et des passionnés du ballon rond dans le monde entier dans le chagrin.

Pour lui rendre hommage, les vingt-deux acteurs n’ont pas spécialement joué une ode au football total. Néanmoins, on ne pouvait pas reprocher aux Bleus de tenter et de réussir leur entame de match. Face à une équipe des Pays-bas absolument pas concernée par le match, Payet inquiétait Cillessen une première fois sur une frappe cadrée (4e). Tout aussi précis, le coup-franc de Griezmann lui faisait mouche en trouvant la lucarne du gardien de l’Ajax (0-1, 6e). La France ne s’arrêtait pas en si bon chemin et marquait même le but du break. Suite à un corner mal dégagé, Matuidi remettait de la tête le ballon dans la surface, permettant à Giroud de faire mouche (0-2, 13e). Pas le temps de célébrer le but que déjà la 14e minute arrivait. 14 comme le numéro de maillot de la légende Cruyff. Le public se levait alors pour chaudement applaudir le maître. Un hommage appuyé mais qui ne paralysait pas les Bleus. Ils poursuivaient leur domination, s’offrant même de belles occasions. Griezmann manquait de peu le cadre de la tête (19e) avant que Cillessen ne stoppe du pied une nouvelle tentative (25e). Déjà auteur du second centre, Payet pointait le bout de son nez en distribuant un coup-franc dangereux que ni Pogba ni Koscielny n’ont pu reprendre (31e). Dommage pour les Bleus qui auraient pu mener plus largement à la pause.

Et au retour de vestiaires, les Pays-Bas montraient un tout autre visage. Certes limitée, cette équipe allait profiter du laxisme français pour revenir petit à petit dans la rencontre. Sur un coup-franc à priori sans trop de danger, Koscielny manquait de vigilance. Il laissait passer de Jong, lequel, bien aidé de sa main, crucifiait Mandanda à bout portant (1-2, 47e). La France se montrait moins conquérante et accumulait les erreurs techniques. Elle semblait se satisfaire de ce résultat. A force de gérer, elle allait être punie par sa frilosité. Pourtant le match aurait pu basculer bien plus tôt puisque les deux équipes obtenaient quelques occasions. Klaassen mettait Mandanda à contribution (56e, 72e) et Payet trouvait le poteau (59e). C’est en fin de rencontre que la décision se faisait. Grâce à une incroyable faute de concentration collective, Afellay trompait Mandanda et égalisait (2-2, 86e). On pensait les Bleus abattus. Bien au contraire. Dans la minute qui suivait, et au terme d’un mouvement encore une fois enclenché par Payet, Martial offrait le but de la victoire à Matuidi (2-3, 88e). Didier Deschamps peut avoir le sourire mais il lui reste du pain sur la planche.

L’homme du match : Matuidi (7,5) : en dedans ces derniers temps sous la tunique du PSG, le capitaine du soir a largement répondu présent avec les Bleus. Une grosse débauche d’énergie et un travail de harcèlement au milieu qui a pu soulager Diarra et permis à Pogba de jouer plus libéré. Il coupe bien un Promes qui s’en allait défier Mandanda (85e). Il a également montré ses qualités offensives en offrant une passe décisive à Giroud (13e) ou en délivrant un bon centre pour Griezmann (19e). Surtout, il marque le but de la victoire (88e). Averti (69e).

Pays-Bas :

- Cillessen (5) : soirée compliquée pour le portier néerlandais. Alors qu’il se couchait parfaitement sur une tentative lointaine de Payet dès le début de la partie (4e), le gardien de l’Ajax était pris à contre pied sur la superbe ouverture du score de Griezmann (6e). Il ne peut pas faire grand-chose sur le but d’Olivier Giroud (13e), mais se montrait par la suite décisif en effectuant une superbe parade sur une tête décroisée de Griezmann (25e). Sauvé par son poteau sur une belle frappe de Payet (59e).

- Veltman (2,5) : rencontre à oublier pour lui. Peu en vue sur son côté droit, il n’a jamais tenté de prendre son couloir pour apporter le surnombre et proposer des solutions sur le front de l’attaque. Défensivement, il est loin d’avoir brillé. Si c’est lui qui laissait Giroud inscrire le deuxième but des Bleus (13e), il a également souvent été pris de vitesse dans ses duels, notamment face à Martial.

- Bruma (4) : tout comme ses compères de la défense, il a été en difficulté face aux nombreuses offensives tricolores. Souvent en retard, il n’a pas fait le poids face à la vivacité des attaquants français. Il était même tout proche de concéder un penalty après une faute sur Matuidi, mais M. Zwayer, l’arbitre de la rencontre, restait de marbre. Tout de même précieux dans le domaine aérien.

- van Dijk (3) : match compliqué pour le défenseur de Southampton. En grande difficulté, surtout dans le premier acte, il n’a pas été au niveau et n’a rien pu faire face à ses adversaires directs. Pire, il était même très près de tromper son propre gardien suite à une tête non maîtrisée (25e). Remplacé par Afellay (5) à la mi-temps. Le jeune attaquant de Stoke City n’a pas touché de nombreux ballons mais a su être décisif sur sa seule occasion en trompant Mandanda d’une frappe à ras-de-terre (88e).

- Blind (5) : le défenseur de Man United a livré une copie assez correcte. Auteur de quelques bons retours (12e), il a affiché un meilleur visage que ses compères de la défense néerlandaise. De plus, il a tenté de relancer proprement depuis son camp et a été à l’origine de quelques occasions des siens.

- Willems (5) : rencontre mitigée pour lui ce soir. Beaucoup plus en vue que son pendant à droite, le défenseur néerlandais a réalisé quelques bons déboulés (18e), qui ont permis aux Oranjes de se procurer de bonnes occasions. Et s’il a beaucoup tenté de combiner avec ses attaquants, il a tout de même affiché trop de déchets, notamment dans le dernier geste (44e). Remplacé par van Aanholt (77e).

- Clasie (4) : plutôt serein balle au pied, le jeune talent néerlandais a tenté de fluidifier le jeu de sa formation par des transmissions simples mais plutôt efficaces. Mais si sa qualité de passe a été assez intéressante, son manque de prise de risque peut être regrettable. Remplacé par Depay (4) à la pause. L’ailier de Manchester United ne mettait pas longtemps à se mettre en évidence, puisque c’est lui qui délivrait, sur coup franc, la passe décisive pour De Jong (47e). Trop de déchets tout de même.

- Klaassen (4) : auteur d’une première période catastrophique, en ne touchant quasiment aucun ballon, le meneur de jeu néerlandais s’est ressaisi au retour des vestiaires. Sa tête puissante obligeait Mandanda à se déployer (56e), tandis que sa reprise de volée ne trouvait pas le cadre (62e). Remplacé par Wijnaldum (76e), qui ne s’est pas procuré de nombreuses occasions.

- Sneijder (non noté) : véritable pilier de cette sélection néerlandaise, le milieu offensif a été l’un des rares Néerlandais à avoir réalisé une prestation plutôt correcte. Comme à son habitude, il a percuté, proposé des solutions, et accéléré le jeu de sa formation. Malheureusement pour lui, il a dû céder sa place dès la 36e minute de jeu suite à une blessure. Remplacé par Bazoer (5). Le jeune milieu de terrain a apporté toute sa fraîcheur et son énergie, mais s’est souvent heurté à un bloc français bien en place.

- de Jong (4) : comme beaucoup de ses partenaires, il est loin d’avoir réalisé la meilleure performance de sa carrière. Toujours bien muselé par l’arrière-garde française, il n’a pas su se défaire du marquage tricolore pour inquiéter Mandanda. Mieux en seconde période, c’est lui qui réduisait l’écart grâce à une tête décroisée, mais sa réalisation était entachée d’une main, pourtant assez flagrante (47e). Remplacé par Janssen (81e).

- Promes (5) : assez percutant dans cette partie, il a été l’un des seuls à prendre des risques. S’il est pris dans les airs par Matuidi sur le deuxième but des Bleus (13e), sa vivacité a permis aux Néerlandais de se procurer quelques occasions intéressantes, souvent dangereuses. Plutôt remuant, il a été l’un des plus convaincants sur le pré. Malheureusement pour lui, et les Oranjes, cela n’a pas suffi.

France :

- Mandanda (5,5) : Pour sa première sélection depuis le 11 octobre et une victoire face au Danemark, le gardien de l’OM a montré ses qualités dans un match, où pour une fois, il n’a pas été mis à contribution toutes les 5 minutes. Attentif sur la frappe puissante de Promes (22e) et sur cette tête (56e) et sur une frappe de Klaassen (72e), il ne peut rien en revanche sur les buts de de Jong (47e) et Afellay (86e) où il est abandonné par sa défense.

- Jallet (6) : préféré à Sagna à ce poste, le Lyonnais a une très belle carte à jouer en vue de l’Euro. Car il a répondu présent ce soir. Un peu gêné par la défense à 5 des Pays-Bas et par les montées incessantes mais inefficaces de Willems, il s’en est finalement sorti défensivement offrant même quelques centres dangereux devant le but de Cillessen (3e, 19e). Moins en vue en seconde période.

- Varane (5,5) : discuté au Real Madrid, il s’impose comme le taulier de la défense avec la France. Associé pour la 3e fois consécutive avec Koscielny, il a plutôt bien encadré le duo de Jong-Promes (57e, 77e). Rarement mis à défaut, il n’a pas non plus brillé. Il lui manque encore cette agressivité qui doit lui permettre de sortir du lot et s’est un peu relâché en seconde période.

- Koscielny (5) : match globalement moyen de la part du Gunner. Sérieux et concentré, il a donné quelques garanties à sa défense. Solide au duel, il a mis son corps à contribution comme sur ce coup-franc surpuissant de Sneijder (27e) même s’il perd celui qui est essentiel contre de Jong, buteur (47e). Il a quand même apporté offensivement sur coups de pied arrêtés (25e).

- Evra (6) : il est souvent critiqué avec les Bleus pour son laxisme au marquage et sa qualité de centre pas toujours au rendez-vous. Mais force est de constater que ce soir et pour sa 70e sélection, le Turinois a rendu une très bonne prestation, éteignant tout au long de la rencontre le discret Veltman. Remplacé par Digne (5) (46e) qui a réalisé un match correct. Pas toujours servi dans les bonnes conditions, il a été limité offensivement et a paru parfois en difficulté (66e).

- Diarra (6) : son retour au premier plan fait énormément de bien à l’équipe de France. Désormais indéboulonnable au milieu, il a récupéré de nombreux ballons. Même si la présence de Sneijder pendant une grosse demi-heure l’a parfois mis en difficulté, il voit et anticipe le jeu. En possession du ballon, il réussit à le conserver et peut distribuer proprement. Remplacé par N’Golo Kanté (5) à la mi-temps (46e) qui fêtait sa première sélection à 24 ans. Le joueur de Leicester a eu du mal à se mettre dans le rythme. Il a perdu quelques duels et a un peu subi.

- Pogba (6,5) : celui dont on attend la lumière au milieu de terrain est monté en puissance au fur et à mesure. Il a d’abord effectué un gros travail défensif. Il s’est toujours efforcé à donner un coup de main à ses partenaires et à revenir rapidement. Ceci explique peut-être pourquoi il s’est assez peu montré devant en première mi-temps. En seconde période, il s’est aventuré dans le camp adverse comme lors de cette percée mais où il a manqué son dernier geste (76e). Une tête non-cadrée également à signaler (78e). Remplacé par Sissoko (87e).

- Matuidi (7,5) : voir ci-dessus.

- Griezmann (7) : lui qui affirme ne pas toujours être « au top » sous le maillot bleu, il a réalisé un excellent match. Dangereux d’entrée, il donne l’avantage aux siens en marquant d’un joli coup-franc. Très remuant sur le front de l’attaque, il a donné du fil à retordre à ses adversaires que ce soit dans les couloirs et dans la surface. Il frôle le doublé sans un très bel arrêt de Cillessen (25e). Remplacé à la mi-temps par Martial (6,5)(46e) qui lui aussi a donné de la vitesse aux Français. Ses qualités d’accélération ont fait très mal (62e, 88e, 90e). C’est notamment lui qui délivre la passe décisive pour Matuidi.

- Giroud (6) : critiqué à juste titre ces dernières semaines pour son faible rendement devant le but, l’attaquant à faire taire ses détracteurs dès le début de la rencontre. Sur une remise de la tête de Matuidi, il inscrit un joli but en pivot qui donnait un avantage de deux buts à son équipe. Jamais avare de duels, il a libéré des espaces pour ses coéquipiers. Pas toujours dans le tempo quand il s’agit de donner le ballon. Remplacé parGignac (76e).

- Payet (7,5) : quel retour en équipe de France ! Réclamé par une grande partie du public et des observateurs, le Hammer a offert un récital du début à la fin de la rencontre. Après une première salve qui a obligé Cillessen à la parade (3e), il s’est illustré dans un rôle de distributeur et d’accélérateur du jeu. Auteur de quelques coups-francs dangereux (31e, 78e), il n’a eu cesse de placer le cuir dans la surface (25e). C’est lui qui lance Martial pour le but de Matuidi (88e). Il touche également le poteau (59e).

Source: Footmercato



Samedi 26 Mars 2016 - 08:40



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter