Pédophile relâché au Maroc: la «compassion» du roi et la colère d'une partie de son peuple

Mohammed VI a reçu, ce mardi 6 août à Rabat, les familles des enfants victimes du pédophile espagnol gracié par erreur la semaine dernière. Le Palais indique que le roi leur a fait part de sa « compassion » et de son « empathie ». Malgré ce geste, plus de 2 000 personnes ont manifesté dans la soirée à Casablanca.



Plus de 2000 personnes ont manifesté ce mardi 6 août à Casablanca, appelant à plus de justice. AFP PHOTO / FADEL SENNA
Plus de 2000 personnes ont manifesté ce mardi 6 août à Casablanca, appelant à plus de justice. AFP PHOTO / FADEL SENNA

Alors que le pédophile espagnol Daniel Galvan a été transféré ce mardi devant la justice en Espagne, des manifestations populaires ont été organisées ce mardi soir à Casablanca. Mercredi, ce devait être au tour des habitants de Rabat, la capitale, de se faire entendre.

Daniel Galvan a été gracié par erreur par le roi, puis arrêté lundi en Espagne. La justice espagnole doit maintenant décider si elle accepte qu'il soit renvoyé au Maroc.

Ce mardi, Mohammed VI a rencontré les proches des enfants victimes du pédophile. Dans un communiqué rendu public par l'agence officielle MAP, le Palais évoque les « sentiments de compassion » du roi, et son « empathie à l'égard de leurs souffrances tant à cause de l'exploitation exécrable dont leurs enfants ont été victimes, qu'en raison de la libération de l'individu concerné ».

Appel à la justice

Mais ces annonces n'ont pas suffi à calmer l'indignation de la protestataires. Ce mardi soir, les quelque 2 000 personnes rassemblées sur la grande place Mohammed V, en plein centre de Casablanca, ont appelé à la justice. « Nous voulons une réforme de la justice », « le peuple veut juger les coupables », ont-ils ainsi scandé. Dans leurs rangs, des familles, des étudiants, des personnes âgées, beaucoup de citoyens peu habitués à sortir dans la rue. A leurs côtés, on trouvait des mouvements plus organisés, comme celui du 20-Février, né pendant le printemps arabe et qui milite pour des réformes politiques profondes. 

Pour certains éditorialistes marocains, la population est maintenant majoritairement satisfaite, et le mouvement devrait s'apaiser. Mais pour ces manifestants, le vrai problème est de remettre en question l'équilibre des pouvoirs en profondeur. Tous réclament des excuses royales, plus d'indépendance pour la justice et la remise en cause du droit de grâce. Ils appellent également au départ de Fouad Ali el-Himma, un ami d'enfance du roi, devenu un conseiller influent du palais et qui, selon la presse marocaine, serait en partie responsable de la libération de Daniel Galvan.

Un autre rassemblement s'est déroulé au même moment à Marrakech. Dans les deux villes, la police est restée très discrète, contrairement à vendredi dernier lorsque les policiers anti-émeute avaient dispersé la manifestation, faisant des dizaines de blessés.

De son côté, Daniel Galvan doit être jugé à Madrid et sera peut-être même extradé vers le Maroc. Une réunion hispano-marocaine a été consacrée à cette affaire, ce mardi à Madrid : un haut fonctionnaire espagnol a jugé possible que le M. Galvan purge finalement sa peine en Espagne.
Source: RFI



Mercredi 7 Août 2013 - 09:14



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter