Pékin prend très mal le revirement de Berlin sur les investissements chinois

Un incident diplomatique s’est produit, mardi, à l’arrivée en Chine du ministre allemand de l’économie Sigmar Gabriel. Pékin dénonce « les tendances de plus en plus protectionnistes » de son partenaire commercial.



Pékin prend très mal le revirement de Berlin sur les investissements chinois
Entre Berlin et Pékin, le torchon brûle. Au ministère allemand de l’économie, on s’attendait bien à ce que la visite de cinq jours en Chine du ministre de l’économie et vice-chancelier allemand Sigmar Gabriel, accompagné d’une délégation de 60 personnalités du monde économique, soit difficile. Mais c’est un véritable incident diplomatique qui s’est produit dès son arrivée à Pékin, mardi 1er novembre.

A la surprise générale, le ministre du commerce, Gao Hucheng, a annulé à la dernière minute une apparition publique commune qui devrait ouvrir la session de la commission économique sino-allemande, le comité de coordination le plus important des deux ministères du commerce. Un événement qui en dit long sur l’incompréhension croissante entre les deux pays, alors que Berlin a bloqué deux rachats de pépites de l’économie allemande par des investisseurs chinois.

Selon l’entourage de Sigmar Gabriel, son homologue et lui se sont rencontrés pour déjeuner mardi, et ont eu un « échange intense ». A la suite de quoi Gao Hucheng ne s’est pas présenté pour le discours commun qu’ils devaient tenir. Parallèlement, l’ambassadeur de Chine a fait paraître une tribune, dans le quotidien Frankfurter Allgemeine Zeitung daté mercredi 2 novembre, intitulée : « On ne devrait pas traiter un partenaire ainsi », où il fait part de son « inquiétude face aux tendances de plus en plus protectionnistes en Allemagne ».

Le texte rappelle quelques chiffres lapidaires : 8 000 firmes allemandes sont installées en Chine, pour un investissement total de 60 milliards d’euros ; sur le secteur automobile, les trois premiers constructeurs allemands détiennent 30 % du marché chinois ; Volkswagen à lui seul écoule 45,2 % de sa production dans la République populaire.

Critiques et incompréhensions

Visiblement, les Chinois ont peu goûté la franchise du vice-chancelier allemand, qui n’a laissé planer aucun doute sur le fait que, dorénavant, les investissements provenant de Chine seraient regardés à la loupe. C’est un revirement dans la politique allemande vis-à-vis d’un de ses plus gros partenaires économiques : là où les investissements chinois étaient jusqu’ici accueillis avec bienveillance, c’est la méfiance qui désormais domine outre-Rhin, face à l’appétit du géant asiatique.

Fin octobre, de manière inattendue, le ministère de l’économie avait empêché le rachat du constructeur de machines Aixtron, spécialiste des installations de fabrication de puces électroniques. Selon la presse allemande, les Etats-Unis ont fait pression sur Berlin contre ce rachat, arguant que l’investisseur chinois est proche de l’Etat, et que les puces produites grâce aux machines Aixtron, particulièrement résistantes à la chaleur, sont susceptibles d’être utilisées dans l’armement nucléaire. Deux jours plus tard, Berlin a retiré son autorisation de rachat, par un autre investisseur chinois, de Ledvance, un département d’Osram spécialisé dans l’éclairage par LED. Deux affronts pour Pékin, dont le ministère des affaires étrangères a convoqué lundi les représentants diplomatiques allemands en poste en Chine.

Si les deux blocages ont suscité des critiques et des incompréhensions de la part des actionnaires des deux firmes allemandes, Sigmar Gabriel ne compte pas s’arrêter là. Il n’a pas digéré le rachat, en juillet, par le fabricant d’électroménager chinois Midea, du constructeur de machines Kuka, spécialiste de l’industrie 4.0, ou industrie connectée, véritable pépite du savoir-faire allemand et star de la grande foire de Hanovre fin 2015.

Future initiative

Malgré ses efforts, le vice-chancelier n’était pas parvenu à trouver un investisseur allemand ou européen prêt à reprendre Kuka. Mais il veut éviter qu’un nouvel épisode du même type se reproduise, alors qu’un tel rachat par une firme allemande serait impossible en Chine, où les investisseurs étrangers sont liés à l’obligation de nouer un joint-venture avec un partenaire local. Or, avec sa stratégie « made in China 2025 », la Chine veut être dominante sur toutes les technologies d’avenir. Notamment via le rachat de technologies de pointe en utilisant au besoin les moyens de l’Etat… et en compliquant les investissements étrangers.

Un des proches conseillers de Sigmar Gabriel, le secrétaire d’Etat Matthias Machnig, a rédigé une note pouvant servir de base à une future initiative européenne. Selon les indiscrétions publiées par le quotidien Handelsblatt, le document prévoit qu’un investissement peut être empêché s’il a été influencé par « une politique industrielle », s’il est « rendu possible ou facilité par une subvention d’Etat », si l’acheteur est une entreprise publique, ou si « les investisseurs étrangers au pays d’origine de l’acheteur ont un accès limité aux marchés ».

Le texte n’est qu’un projet, mais il participe d’une attitude de fermeté de la part de Berlin, qui veut obtenir l’égalité de conditions d’accès au marché chinois pour les firmes allemandes et européennes. A défaut de quoi le gouvernement menace de s’opposer à la reconnaissance par l’Europe de la Chine comme économie de marché, qu’elle convoite pour la fin de l’année. « Nous devons avoir les mêmes conditions des deux côtés, a déclaré Matthias Machnig à l’hebdomadaire Welt am Sonntag, dimanche 30 octobre. Il faut y faire attention. Nous devons rester ouverts mais pas naïfs. »

lemonde.fr

Mercredi 2 Novembre 2016 - 13:08



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter