Pèlerinage 2014 : la fièvre du retour s'empare du Commissariat général

Le Commissariat général au pèlerinage aux lieux saints de l'islam aborde le dernier virage du retour des pèlerins au Sénégal, avec les préparatifs de l'organisation des vols, a constaté l'envoyée spéciale de l'APS.



Pèlerinage 2014 : la fièvre du retour s'empare du Commissariat général
''Nous sommes à l'une des phases les plus difficiles, nous venons de faire un virage dans la direction du retour qu'il faut organiser'', a dit le commissaire général au pèlerinage, Ahmadou Tidiane Dia, lors d'une rencontre avec la presse.

Avec la fin du Hadj, il s'agit d'organiser des points de pesage, de redistribuer les pèlerins inscrits sur les premiers vols retour prévus à partir de vendredi mais qui désirent reporter leur voyage sur le Sénégal.

''On a une réunion avec Sénégal Airlines pour exécuter ce qui était prévu sur les modalités de retour avec des vols retour à partir de Djeddah et de Médine'', a précisé le commissaire général au pèlerinage à La Mecque.

Les pèlerins du 7e vol devront aller à Médine pour faire leur visite de sites historiques (Koulou Ziar), puisqu'ils étaient venus directement à Djeddah.

Ahmadou Tidiane Dia a dit qu'au départ, ''il y a énormément de dysfonctionnements avec les innovations du portail mis en place". Il a toutefois souligné que le commissariat général au pèlerinage, aussi bien que Sénégal Airlines, se sont engagés pour faire du voyage des pèlerins sur le Sénégal "un retour gai''.

Il a tout de même rappelé que le domaine de l'aviation relève des créneaux horaires. ''Si vous déposez un créneau horaire et que vous n'obtenez pas ce que vous avez demandé, on est obligé de tout reprendre et de tout réorganiser'', a-t-il précisé à l'endroit des pèlerins.

''C'est le dernier virage et grâce à Dieu il n'y a pas eu de grandes difficultés dans le déroulement du Hadj'', a déclaré le commissaire général au pèlerinage, avant d'évoquer quelques difficultés liés au transport pour le retour des pèlerins d'Arafat et de Mouna.

''L'année dernière, à 20 heures, tout le monde était sorti tranquillement pour aller à Mouzdalifah, mais cette année, j'ai quitté Arafat après minuit du fait des problèmes d'organisation dans le transport'', a-t-il indiqué.

Mais selon M. Dia, ''c'est normal qu'il y ait quelques dysfonctionnements parce que ce n'est pas évident de gérer 10000 Sénégalais qui ne parlent pas toujours le même langage''.

''Il s'agit juste de réduire au strict minimum ces dysfonctionnements mais ceux qui pensent qu'ils sont venus en vacances, vont se rendre compte que ce n'est pas du tourisme religieux. On est venu exécuter le 5e pilier'' de l'islam, a-t-il ajouté.

''Il y a des contraintes auxquelles il faut se soumettre, il y a quelques difficultés et il faut le rustique qu'il faut, vivre purement et simplement'', a-t-il soutenu.

Pour Ahmadou Tidiane Dia les pèlerins ont droit à des améliorations chaque année avec pour cette édition des couchettes à Mouna, des tentes climatisées, des repas chauds. ''La recherche du confort pour le pèlerinage, cela pose un autre problème'', a-t-il dit.

Un seul décès a été enregistré depuis le début du Hadj en la personne de Ousmane Birama Diallo, 67 ans. Il a été convoyé par un voyagiste privé.

avec Aps

Mercredi 8 Octobre 2014 - 13:48



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter