Perquisitions à Londres après l'attentat raté sur le vol 253

Scotland Yard mène plusieurs perquisitions à Londres, après qu'un jeune Nigérian de 23 ans, affirmant avoir des liens avec Al-Qaeda, a tenté de faire détoner un engin explosif dans un vol Amsterdam-Detroit. L'homme a été maîtrisé par des passagers avant de faire exploser la poudre qu'il avait répandu sur sa jambe.



La police britannique a annoncé samedi qu'elle effectuait des perquisitions à Londres dans le cadre d'une collaboration avec les autorités américaines, après une tentative d'attentat manquée sur un vol entre Amsterdam et Detroit.

L'auteur des faits, un Nigérian de 23 ans nommé Abdul Farouk Abdulmutallab, se serait présenté au FBI comme ayant des liens avec Al-Qaeda. Plusieurs médias indiquaient également qu'il serait étudiant en ingénierie à l'University College London (UCL), une information non-confirmée à l'heure actuelle.

Le jeune homme a tenté de faire détoner un engin explosif à bord d'un avion de ligne américain entre Amsterdam et Detroit vendredi soir, avant d'être maîtrisé par des passagers.

Il a été arrêté après que l'appareil, un Airbus A 330 de la compagnie américaine Northwest Airlines assurant la liaison entre Amsterdam et Detroit (nord des Etats-Unis) s'est posé avec ses 278 passagers.

L'incident a causé des blessures légères à quelques passagers et l'auteur de la tentative d'attentat a été plus grièvement brûlé.

Inscrit sur une liste de personnes à surveiller

Il aurait collé, sur sa jambe, de la poudre explosive qu'il voulait faire exploser en la mélangeant avec un liquide contenu dans une seringue, selon le New York Times.

D'après CNN citant un document des services de sécurité, l'homme a indiqué aux enquêteurs avoir acquis l'explosif au Yémen et y avoir reçu des ordres sur quand l'utiliser.

Selon des médias citant des responsables antiterroristes, l'hypothèse pour l'instant privilégiée est qu'il ait agi seul. De même source, l'homme figurait sur une liste de personnes à surveiller. Il n'était toutefois pas considéré particulièrement actif, ce dont semble attester le fait qu'il ne lui était pas interdit d'embarquer à bord d'un vol pour les Etats-Unis.

Peter King, un élu républicain de la Chambre des représentants et membre de la commission de la sécurité intérieure, a estimé que le suspect avait utilisé "un engin relativement sophistiqué" et d'un nouveau type.


Un autre républicain, Pete Hoekstra, siégeant à la commission du renseignement de la Chambre des représentants, a indiqué samedi à l'AFP que le suspect «aurait pu être en contact avec l'imam américain (Anwar) al-Aulaqi». Le nom de cet imam est cité dans l'affaire de la fusillade qui avait fait 13 morts et 42 blessés sur la base militaire de Fort Hood (Texas, sud) le 5 novembre.

«Il y a eu un boum»
Le président américain Barack Obama, en vacances à Hawaï, a été informé aussitôt et a donné l'ordre de prendre "toutes les mesures nécessaires" pour renforcer la sécurité aérienne. Dans l'immédiat, son emploi du temps n'a pas été modifié, a précisé un porte-parole.

L'incident s'est produit 20 minutes avant l'atterrissage du vol 253, peu avant 12H00 (18H00 GMT), à la fin d'un périple de quelque neuf heures, selon les témoignages de passagers recueillis par les médias américains.

Les passagers de l'avion ont raconté avoir maîtrisé en quelques instants le suspect après avoir vu du feu dans l'appareil. "Il y a eu un boum, et tout le monde a été un peu surpris", a raconté l'un d'entre eux, Syed Jafry, interrogé par CNN.

"Après quelques secondes, il y a eu un peu de lumière, comme venant d'une flamme, et puis on a vu du feu. Les gens ont presque commencé à paniquer. Tout le monde s'est rué vers la zone (du feu) en essayant d'utiliser de l'eau, une couverture, un extincteur. (...) Tout le monde s'est impliqué".

Sécurité renforcée

"Un jeune homme, trois ou quatre rangées derrière moi, s'est occupé du suspect. Il y a eu un peu de lutte. (...) Il l'a maîtrisé et l'a mis de côté avec l'aide de l'équipage, ils l'ont isolé. (...) Il était brûlé au deuxième degré".

Le suspect était en transit à l'aéroport d'Amsterdam, a affirmé à La Haye une représentante de la police néerlandaise. Delta Airlines a indiqué dans un premier temps qu'un passager de l'Airbus A330 avait été maîtrisé après avoir "causé une perturbation à bord en allumant quelques pétards".

Le département de la sécurité intérieure a indiqué vendredi dans un communiqué que les passagers "devraient faire l'objet de mesures de sécurité supplémentaires (...) pour les vols intérieurs et internationaux".

La sécurité à bord des avions américains a été considérablement renforcée après les attentats meurtriers du 11 septembre 2001, ce qui n'a pas empêché de nouvelles tentatives audacieuses. Le 22 décembre 2001, le Britannique Richard Reid avait tenté de faire exploser un vol Paris - Miami en dissimulant un explosif dans sa chaussure.

Reid, qui se décrivait comme un terroriste lié à Al-Qaïda, avait échoué à allumer la mèche de son dispositif et avait pu être maîtrisé par l'équipage.
Source: Libération

Liberation

Samedi 26 Décembre 2009 - 12:32




1.Posté par Ben le 02/01/2010 21:16
Un témoignage oculaire crédible mais pratiquement occulté:
http://mounadil.blogspot.com/2010/01/attentat-du-vol-253-obama-va-t-en.html#links

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter