Pétrole: l’Algérie à la recherche de nouveaux partenaires

Le Sommet nord-africain du pétrole et du gaz s’est ouvert dimanche à Alger. Au programme, trois jours de réunions entre décideurs algériens, libyens, tunisiens et grandes entreprises d’hydrocarbures. L’objectif d’Alger est de conclure de nouveaux partenariats, avec un défi, la chute des prix du pétrole.



98 % des exportations algériennes sont basées sur les hydrocarbures. (ici le site gazier de Krechba dans le sud de l'Algérie, en 2008) REUTERS/Zohra Bensemra
98 % des exportations algériennes sont basées sur les hydrocarbures. (ici le site gazier de Krechba dans le sud de l'Algérie, en 2008) REUTERS/Zohra Bensemra

Le pétrole rapportera moins dans les années à venir. Mais Alger, dont 98 % des exportations sont basées sur les hydrocarbures, n’a pour l’instant pas changé ses plans de développement comme le confirme Mustapha Hanifi, directeur des hydrocarbures au ministère de l’Energie.

« L'axe majeur de notre politique énergétique est le renouvellement et l'élargissement de nos réserves d'hydrocarbures liquides et gazeux. L'accent principal de notre politique énergétique reste également l'intensification de l'effort d'exploration pour maintenir un niveau suffisant de réserves en hydrocarbures à très long terme. »

Les premiers effets de la baisse des prix du baril se font sentir. Une proposition d’achat d’une entreprise d’hydrocarbures algérienne a été annulée la semaine dernière. Mais pour Mehdi Haroun, avocat d’affaire spécialisé dans l’énergie, si elle doit diversifier son économie, l’Algérie est également obligée de chercher de nouvelles sources d’hydrocarbures.

« Pour les réserves, on parle de 2027-2030 c'est demain. Donc demain, il n'y aura plus rien. On sait que l'Algérie est sous-explorée donc il est impératif de faire des investissements. Dire que j'ai trouvé du pétrole, ça ne veut rien dire. La question c'est : est-ce que j'ai du pétrole qui est économiquement exploitable. »

Pour maintenir le niveau de production national, les autorités ont confirmé qu’elles se lanceraient dans l’exploration offshore et qu’elles voulaient exploiter le gaz de schiste.


Rfi.fr

Lundi 8 Décembre 2014 - 10:45



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter