Peur dans le camp d’Aminata Touré : Après les dossiers chauds qu’elle a gérés, « l’Etat se doit d’assurer sa sécurité »

Le camp de la désormais ex-Première ministre du Sénégal tire sur la sonnette d’alarme. Ils appellent à l’aide l’Etat qui selon eux, devraient continuer à assurer la sécurité d’Aminata Touré. Ceci, compte tenu des dossiers chauds qu’elle a eus à gérer surtout lors de son passage au ministère de la Justice sous Abdoul Mbaye. Citant le dossier du guide des « Thiantacounes », Cheikh Béthio Thioune et la fameuse traque des biens dits mal acquis qui vaut au fils du président sortant Wade, Karim d’être dans les liens de la détention depuis le 17 avril 2013 », les proches d’Aminata Touré de dire : « l’Etat se doit d’assurer sa sécurité » car alertent-ils, « des gens tapis dans l’ombre peuvent tenter quelque chose en guise de représailles ». L'ex-Première ministre a, elle-même, adressé une lettre au Président de la République, Macky Sall pour "parer à toute éventualité".



Le camp d’Aminata Touré craint le syndrome de Moustapha Cissé LO dont les biens que le vice-président de l’Assemblée nationale a estimé à plus d’un milliard, ont été incendiés par les talibés de Serigne Abdou Fatah Mbacké. « L’Etat doit assurer sa sécurité. Elle a géré des dossiers sensibles, des dossiers toujours pendants », soutiennent les proches de Mimi qui sous-entendent le cas de Cheikh Béthio Thioune, guide des « Thiantacounes » dans les liens de la détention depuis février 2012 dans l’affaire du double meurtre de Bara Sow et Ababacar Diagne dans le fief du guide à Keur Sama Loabé (Mbour). Un dossier dans le cadre duquel, Cheikh Béthio Thioune en liberté provisoire en raison de son état de santé, a été envoyé aux assises pour être jugé.
 

C’est également sous le magistère d’Aminata Touré, rappelle le journal « l’observateur » que la fameuse traque des biens dits mal acquis a été déclenchée. Karim, fils du président sortant Wade mis en demeure par le Procureur spécial près de la Cour de Répression de l’Enrichissement Illicite (CREI) avant d’être cueilli chez lui puis placé sous mandat de dépôt pour détournement de deniers publics à hauteur, alors de près de 700 milliards, 694 milliards plus précisément. Sommes qui ont depuis lors fondues au soleil. Ceci, en plus du dossier de l’ancien président Tchadien, Hisséne Habré en prison au Sénégal depuis le 2 juillet 2013 pour crime contre l’humanité et crime de guerre.

 
Du côté d’Aminata Touré, les craintes sont plutôt pour sa sécurité. Ses proches disent sentir la menace venir. «On sait que des personnes tapies dans l’ombre peuvent être amenés à tenter quelque chose en guise de représailles». Pire, selon eux, « on sait aussi que même certains militants de l’APR (Alliance Pour la République) peuvent tenter quelque chose s’ils estiment que Mimi Touré est une menace pour le Président de la République ». Leur mentor semble avoir pris les devants. Aminata Touré a adressé une correspondance directement à Macky Sall. Ce, pour lui demander officiellement que l’Etat assure sa sécurité. L’ex-Première ministre qui avait renforcé sa sécurité avec trois (3) agents et des éléments du Groupement Mobile d’Intervention (GMI), semble prendre ses menaces très au sérieux. 


Mercredi 9 Juillet 2014 - 11:24



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter