Philippines: gouvernement et rebelles musulmans se rapprochent

Aux Philippines, le gouvernement et le principal groupe de rebelles musulmans viennent de franchir un pas dans l’optique d’un accord de paix. Les deux parties ont annoncé dimanche 8 décembre avoir signé un accord de partage de pouvoir, selon un communiqué du gouvernement. Ces négociations devraient à terme mettre fin à l’insurrection des musulmans dans le sud des Philippines, plus précisément dans le Bangsamoro (qui se trouve principalement sur l'île de Mindanao). La région dispose depuis les années 90 d'une certaine autonomie. Mais les rebelles musulmans s'opposent depuis les années 70 au pouvoir de Manille, jugé très proche de l'Église catholique.



Zamboanga, dans le sud des Philippines, le 12 septembre 2013. Bataille rangée entre les forces gouvernementales et les rebelles du Milf.tember 12, 2013. REUTERS/Erik De Castro
Zamboanga, dans le sud des Philippines, le 12 septembre 2013. Bataille rangée entre les forces gouvernementales et les rebelles du Milf.tember 12, 2013. REUTERS/Erik De Castro

Cet accord est qualifié de crucial par les deux parties qui négocient actuellement en Malaisie. Il a été signé ce dimanche entre un groupe de négociateurs du gouvernement et les représentants du Front moro islamique de libération (Milf).
 

Ce texte marque un pas supplémentaire en vue de mettre fin à un conflit qui a fait, selon les estimations, plus de 150 000 morts ces dernières décennies. Cette annexe de l'accord sur le partage du pouvoir, selon le communiqué du gouvernement, « assure la réalisation d’une autonomie véritable et viable pour le Bangsamoro ». Les termes précis de l'accord n'ont pas encore été rendus public.
 

Mais selon le communiqué, les deux parties sont optimistes quant à la signature prochaine de la dernière annexe sur la normalisation de leurs relations et la finalisation d'un accord de paix d'ici janvier 2014. L'annonce faite aujourd'hui signifie que trois des quatre annexes sur l'accord final ont été ratifiées.
 

Reste un dernier obstacle, et pas des moindres, pour obtenir une paix définitive. Les rebelles doivent déposer leurs armes. Une question qui suscitent de fortes réticences de la part de membres du Milf.

Source : Rfi.fr
 


Dépêche

Lundi 9 Décembre 2013 - 11:33



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter