Plan Jaxaay: après 4 milliards en pierres précieuses, 22 milliards d'Aïda Ndiongue débusqués à la CBAO

22 milliards découverts dans les comptes de la responsable libérale, ce sont là les résultats de la descente des limiers de la Section de Recherches (SR) de la gendarmerie de Colobane. En effet, une autre découverte vient d’être faite dans les comptes d’Aïda Ndiongue ouverts à la CBAO. La justice a mis la main sur un montant de 22 milliards de F CFA, qui a été retrouvé dans les comptes “Keur Marame Bercy” et “Astou Ndiongue”. Le travail d’investigation va se poursuivre avec les réquisitions faites auprès des structures bancaires : Ecobank, BST (qui s’est fondue dans la CBAO), BICIS et la société générale, en France.



Plan Jaxaay: après 4 milliards en pierres précieuses, 22 milliards d'Aïda Ndiongue débusqués à la CBAO

C’est du nouveau dans ce qu’il est convenu d’appeler l’affaire Aïda Ndiongue et relative aux produits phytosanitaires qui devaient être livrés dans le cadre du Plan Jaxaay. Après ses coffres-forts très fournis en or et diamants, le journal « Le Quotidien »  livre que la justice a encore mis la main sur un magot de 22 milliards de F CFA  découvert dans les comptes “Keur Marame Bercy” et “Astou Ndiongue” ouverts à la CBAO. Ce montant constitue, d’après des sources judiciaires très au fait de ce dossier, des comptes et placements financiers dont on peut citer, entre autres, un bon de caisse de 4 milliards 850 millions de F CFA placé au taux d’intérêt de 6% et qui va échoir en 2016 ; un autre bon de caisse de 5 milliards 300 millions de F CFA au taux d’intérêt de 4%, qui devra échoir en 2017.
Les enquêteurs ont aussi mis la main sur trois (3) bons de caisse de 1 milliard de F CFA chacun à échéance en 2016 pour un taux de 5% et, enfin, un bon de 4 milliards de F CFA avec un taux d’intérêt de 0%.
 
Globalement, selon la source, les sommes constituent un montant de 22 milliards de F CFA sans compter les 4 milliards de F CFA en bijoux découverts dans 6 des 7 comptes ouverts à la CBAO par l’ex-sénatrice libérale qui aurait usé de «subterfuges pour loger la majeure partie de l’argent en cause dans des comptes et effectuer des placements pour le reste». Le but de la manœuvre étant «d’éviter d’éveiller des soupçons», précisent nos confrères qui renseignent que le chef du Parquet de Dakar, Serigne Bassirou Guèye a versé les éléments précités et demandé au magistrat instructeur en charge du dossier des produits phytosanitaires, Samba Sall, de rendre une ordonnance de saisie des comptes et autres avoirs de Mme Aïda Ndiongue présentement à la prison du Camp pénal de Liberté 6 pour avoir été placée sous mandat de dépôt le 17 avril dernier pour détournement de deniers publics. 


Jeudi 9 Janvier 2014 - 10:29



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter