Pluie : Dieu entend les prières



L’attente fut longue et pénible surtout pour les paysans qui ne savaient plus à quel saint se vouer mais finalement le miracle a eu lieu. Le Ciel a fini par ouvrir ses vannes. Presque sur l’ensemble du territoire national, il a plu hier mardi. La capitale sénégalaise, Dakar jusque-là en attente de sa première pluie, n’a pas échappé même s’il ne s’agit pour l'heure que de quelques fines gouttelettes de pluies. Mais cela n’a pas été du tout facile. Obligeant même le ministre de l’Agriculture et de l’Equipement rural a sonné l’alerte en conseil des ministres le 16 juillet dernier sur le « déficit pluviométrique qui marque le début de l'hivernage ». Pape Abdoulaye Seck revient à la charge quinze (15) jours plus tard, le 31 juillet toujours en conseil des ministres. Ce, pour informer que « la situation pluviométrique déficitaire au niveau des neuf (09) pays du Sahel dont le Sénégal » affecte « l’agriculture et l’élevage », en annonçant la mise en branle du «programme spécial de mise à disposition de variétés de niébé très hâtives, pour un coût de 2 milliards de F CFA, et la mise en place de boutures de manioc qui permettra de gérer la sécurité alimentaire sur une longue période allant au-delà de l’hivernage ».
 

C’est là, que les Imams entrent en scène à travers une « Salatoul Istisqua », prière pour la pluie, le dimanche dernier. Sur demande du khalife général des mourides, Serigne Cheikh Sidy Mokhtar Mbacké, une séance de prières s’est tenue à la Mosquée Massalikoul Djinane, "pour implorer le pardon de notre Seigneur et solliciter ses faveurs, pour un bon hivernage, ce 4 août. Résultat des courses, le lendemain 5 août, le ciel menaçant depuis la matinée a fini par déverser sa pluie le soir à partir de 18 heures jusque tard dans la nuit. Et cela ne fait que commencer car annonce la Direction de l’exploitation météorologique, d’autres pluies, il y en aura d’ici une semaine. Expliquant le retard, ladite direction de faire part d’un retard dans l’établissement des considérations qui permettent d’avoir une bonne entrée de l’humidité dans la région du sahel, en plus d’un phénomène dans le Pacifique qui a des répercussions à l’échelle mondial avec comme impact la baisse de la pluviométrie toujours dans le Sahel…


Mercredi 6 Août 2014 - 13:53



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter