Pluies torrentielles: vigilance maximale dans la capitale malgache

Antananarivo est en alerte rouge inondation après trois jours de pluies intenses. Les trois rivières qui passent dans la plaine de la capitale ont débordé et les digues entourant les bas quartiers ont cédé en plusieurs endroits dans la nuit de jeudi à vendredi. La ville est désormais cernée par une immense étendue d'eau.



La rivière Sisaony a inondé le village de Soavina, dans la banlieue de la capitale après une nuit de pluies torrentielles, le 27 février 2015. AFP PHOTO / RIJASOLO
La rivière Sisaony a inondé le village de Soavina, dans la banlieue de la capitale après une nuit de pluies torrentielles, le 27 février 2015. AFP PHOTO / RIJASOLO

En 24 heures, l'eau est montée de plusieurs mètres. Même en ville, dans les quartiers situés en hauteur, les pluies torrentielles ont fait des dégâts. Le bilan s'élève pour le moment à 14 morts et 27 000 sinistrés.

A pied d'œuvre depuis 48 heures, les secours effectuent une évacuation massive de la population des zones inondables. Tous les effectifs sont mobilisés pour venir en aide aux sinistrés. Un riziculteur du village de Soavina, en périphérie d'Antananarivo, explique qu'une fois que la digue a cédé, tout est allé très vite. Sa maison est inaccessible.

« Là, vous voyez l’eau ? Par rapport au rez-de-chaussée, l’eau monte à deux mètres. Donc, on a essayé de récupérer le maximum, mais il y a aussi des meubles qui restent à l’intérieur, parce que l’eau est montée très, très vite, hier. »

Même s'il a perdu presque toutes ses affaires et sa récolte de riz, lui et sa famille sont saufs. Ils vont être hébergés chez des proches. Ailleurs en ville, tous n'ont pas eu la même chance, comme dans le quartier de Mahamasina. Cet homme était le voisin de ses parents, il s'est réveillé en pleine nuit dans un bruit de tonnerre.

« Ça a duré 20 secondes, 30 secondes, ce n’était pas instantané, explique-t-il. Vers 2h du matin, en fait, le muret de la maison plus haut est tombé, entrainant toute la maison et tuant six membres de notre famille. »

Arrivé peu après sur place, le lieutenant-colonel Michel Rabemanantsoa, chef des sapeurs pompiers d'Antananarivo, a fait évacuer tout le pan de colline en prévention. « C’est l’eau qui fait mollir le sol, puisqu’il y a des charges dessus, ça facilite la chute. » Il appelle à la plus grande vigilance. L'eau continue de tomber et les services météos ne prévoient pas d'amélioration avant lundi.


Rfi.fr

Samedi 28 Février 2015 - 13:55



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter