Plus important chez les femmes, le niveau de chômage estimé à 13,8 % à Dakar



L’Enquête Nationale sur l’Emploi au Sénégal (ENES) de 2015 est la première d’une série d’enquêtes sur l’emploi qui à terme vont se réaliser sur une base trimestrielle. Elle aborde les questions prioritaires sur le marché du travail et permet de mesurer les principaux indicateurs que sont, entre autres, le taux d’activité, le taux d’occupation, le taux de chômage. L’enquête a examiné les mesures entreprises et les stratégies développées pour faire face aux contraintes et difficultés du marché du travail. Elle a abordé également les questions relatives aux conditions d’exercice des activités. Les informations sur l’activité sont recueillies auprès de la population de 10 ans et plus.
 
Un chômage concentré sur les femmes et dans les autres centres urbains
Le taux de chômage des personnes de 10 ans et plus est estimé à 13,0%. S’agissant de la population de 15 ans et plus, le taux chômage est estimé 13,4% en 2015. Le chômage est plus important chez les femmes (16,7% contre 9,5% chez les hommes). Selon le milieu de résidence, le niveau de chômage est plus élevé dans les autres centres urbains (17,2%) qu’en milieu rural (10,8%). A Dakar, le niveau du chômage est de 13,8%. Au regard du niveau d’étude, les personnes sans diplôme représentent 40,1% des chômeurs. Le chômage habituel est estimé à 16,9% et 17,6% respectivement pour les personnes âgées d’au moins 10 ans et celles ayant au moins 15 ans. Selon le sexe, le chômage habituel est de 23,1% chez les femmes contre 11,9% chez les hommes. En moyenne, les personnes sont affectées par le chômage depuis pratiquement un an (11 mois chez les femmes et 13 chez les hommes). La durée du chômage varie largement suivant les régions. Elle est des plus importantes à Matam avec une moyenne de plus d’un an et demie.
 
 Près de trois personnes sur cinq, en âge de travailler, font partie de la main d’œuvre.
Le taux d’activité est estimé à 57,6% chez les 10 ans ou plus et à 65,2% chez les personnes âgées d’au moins 15 ans. Des disparités sont notées selon le sexe (52,7% chez les femmes contre 63,3% chez les hommes pour la population de 10 ans ou plus) et selon le milieu de résidence (62,9% à Dakar, 58,2% en milieu rural et 51,9% dans les autres zones urbaines). Concernant l’activité habituelle, le taux se situe à 53,1% chez les 10 ans ou plus et à 59,2% chez les 15 ans ou plus.
 
Un faible niveau d’occupation observé.
En revanche, le taux d’occupation du moment reste faible : 39,0 % chez les personnes âgées d’au moins 10 ans et de 44,1% pour les personnes de 15 ans ou plus. Le niveau d’occupation est plus élevé à Dakar urbain (43,4%) que dans les autres milieux de résidence (31,8% dans les autres centres urbains et 40,7% en milieu rural). Quant au taux d’occupation habituelle, il surpasse de 7,2 points de pourcentage le taux d’occupation du moment.
 
Un sous-emploi qui touche plus du quart des occupés
Le sous-emploi lié à la durée du travail qui mesure la proportion des personnes ayant un emploi et qui ont travaillé moins de 40 heures dans la semaine et étaient disponibles à faire davantage d’heures s’ils en avaient la possibilité est de 27,7%. Le niveau de sous-emploi est plus important chez les femmes (40,3%) que chez les hommes (20,9%). Il reste important en milieu rural (31,7%), relativement aux autres centres urbains (26,3%) et dans la zone urbaine de Dakar (24,1%).  Le taux combiné du sous-emploi lié au temps de travail et du chômage est estimé à 39,3% au Sénégal, soit 54,5% chez les femmes et 29,8% chez les hommes. Selon le milieu de résidence, le taux combiné (sous-emploi et taux de chômage) est plus important en milieu rural (42,8%) comparativement aux autres centres urbains (38,4%) et dans la zone urbaine de Dakar (36,0%).
 
 L’emploi salarié demeure faible
L’emploi salarié ne concerne que 28,6% de l’emploi avec de forts écarts entre les milieux de résidence : Dakar (52,4%), autres milieux urbains (35,3%) et milieu rural (14,7%). Un écart de 10 points est relevé entre les hommes (32,5%) et les femmes (22,8%). La population occupée est composée de 35,4% d’employés, de 36,1% d’employeurs et travailleurs pour compte propre, et de 28,5% d’aides familiaux. Les employés sont principalement dans les branches d’activités spéciales des ménages (12,1%), dans la construction (11,6%), dans les activités de fabrication (10,5%), dans le commerce et réparation d'automobiles et motocycles (9,8%), dans l’agriculture, la sylviculture et la pêche (8,5%) et dans les transports et entreposage (8,1%). La majorité des employés (un peu plus de 80,0%) de dispose pas de protection sociale, particulièrement les avantages liés à l’exercice des activités tels que les congés annuels payés, les congés maladies rémunérés, l’assurance maladie, les cotisations de sécurité sociale, les congés de maternité ou de paternité, l’assurance d’accidents de travail. Par ailleurs, les employés exercent leurs activités parfois dans climat chargé d‘agressions verbales, d’injures ou menaces (18,1%), et d‘agressions physiques (6,5%).
 
Les employeurs et travailleurs pour compte propre, constitués pour plus de 50% d’adultes, sont essentiellement formés d’indépendants (97,7%). Constitués d’hommes en majorité (59,3%), ils sont 26,9% à exercer dans la région de Dakar. 40,9% des employeurs et indépendants sont dans le commerce et 24,1% dans l’agriculture (au sens large). La majorité (71,7%) d’entre eux a monté son affaire sur fonds propres. Ceux qui ont bénéficié du soutien familial ou des amis pour démarrer leurs activités représentent 19,1%. A contrario, ceux qui ont débuté leurs activités avec le soutien des banques ou institutions de micro finance ne sont que 1,8%. Seule une entreprise sur vingt (5,1%) gère deux activités et la plupart d’entre elles, 95,3%, exerce leurs activités de manière informelle. L’insuffisance des ressources financières (65,1%) et la concurrence sur le marché (12,4%) constituent les principaux problèmes dans la gestion des employeurs et travailleurs pour compte propre.
 
S’agissant des aides familiaux, ils constituent l’essentiel de la population occupée à Sédhiou (72,5%), Kaffrine (64,2%), Kédougou (62,6%) et Kolda (62,0%). Ils sont formés de 51,5% d’hommes. La plupart d’entre eux (71,9%) ne dispose d’aucun niveau d’éducation. Parmi ceux qui ont fréquenté l’école, 60,0% ont le niveau primaire (60,0%), et 15,4% parmi ces derniers n’ont pas atteint le cours élémentaire deuxième année. Les aides familiaux sont constitués en majorité d’ouvriers agricoles (72,9%). Ils bénéficient de peu d’avantages dans leurs activités (12% pour la subvention des repas, 9,5% pour la couverture médicale) et 44,9% d’entre eux souhaitent changer d’activités principales. Ils subissent moins d’agressions verbales (3,3%) que les employés rémunérés.
 
Le changement d’activité demeure faible au Sénégal : seuls 6,1% des actifs occupés ont eu à changer d’activité durant leur vie professionnelle. En moyenne, ces changements sont intervenus après 122,3 mois, soit plus de 10 ans, passés dans le premier emploi. Ce sont les employeurs qui ont le plus duré dans leur premier emploi avec une durée moyenne de 134,9 mois. La durée moyenne d’occupation du premier emploi est de 123,8 mois chez les hommes contre 117,8 mois chez les femmes. Sur les dix dernières années, neuf (9) actifs occupés sur 10 (89,6%) n’ont pas eu à changer d’activité. Ils ne sont que 7,9 % à avoir eu à changer d’activité 1 seule fois durant ces 10 dernières années.


La note d’informations sur les résultats de la première Enquête Nationale sur l’Emploi au Sénégal (ENES) est l’actif de la Direction des Statistiques Démographiques et Sociales du ministère de l'Economie, des Finances et du Plan. 
 


Vendredi 20 Novembre 2015 - 14:51



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter