Plusieurs dizaines d'arrestations en Gambie: les droits de l’hommiste alertent l’ONU




 
La Rencontre africaine pour la défense des droits de l’homme (RADDHO), Amnesty International/Sénégal (AI/SS) et la Ligue Sénégalaise des Droits de l'Homme (LSDH) demandent au gouvernement bissau-guinéen «de ne pas extrader les personnes arrêtées sur son territoire vers la Gambie, où celles-ci risquent d’être exécutées ou la peine de mort ». Les trois ONG exhortent les autorités gambiennes, le gouvernement et les forces de sécurité et de défense à «agir dans le plein respect des droits humains ». Ce, «conformément à leurs engagements vis-à-vis des instruments juridiques internationaux et régionaux ».
 
Plusieurs dizaines de civils et militaires ont été arrêtés, jeudi à Banjul après le coup d'Etat manqué contre le président Yahya Jammeh, rapportent des sources médiatiques. Dès lors, craignant d'être arrêtés, quatre officiers soupçonnés d'avoir participé à la tentative ont quitté le pays et sont arrivés mercredi soir en Guinée-Bissau. Le président Gambien Yahya Jammeh a qualifié le putsch avorté contre son régime ''d’attaque terroriste'', accusant des puissances étrangères d'avoir soutenu les auteurs du coup manqué de mardi.
 
La RADDHO, AI/S et la LSDH se disent vivement préoccupées «par la situation prévalant actuellement en Gambie (…) tout en réitérant une ferme opposition à toute forme d’accession au pouvoir par des procédés non constitutionnels’’. Dans un communiqué transmis à l’APS, ces organisations de défense des droits de l’homme condamnent «les arrestations arbitraires en cours en Gambie du seul fait de la proximité avec les présumés auteurs des évènements susvisés et craignent une répression sans discernement dans une logique de terreur tous azimuts ». Un appel pressant est lancé aux Nations Unies, à l’Union Africaine et à la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) pour l’ouverte d’une enquête transparente et impartiale sur les violations graves et répétées des droits humains commises en Gambie au cours de ces deux dernières décennies…».


Vendredi 2 Janvier 2015 - 16:36




1.Posté par diadiack le 02/01/2015 19:21
C'est très faux et jusqu'à l'épreuve extrême, le Sénégal est bien mêlé à ce coup d'état organisé depuis les USA, l'Angleterre et l'Allemagne pour renverser Yaya Diémé, considéré comme dictateur. Le président gambien ne fait ce que sa constitution lui recommande. C'est comme aux USA, en Chine, en Russie, etc..., quand tu tues quelqu'un, la loi autorise qu'on te tue. Les USA tue à travers les injections de piqûres, en chine par pendaison, en Iran par décapitation, etc... A la veille du coup d'état, ce petit opposant qui ne maîtrise de rien et du nom de Cheikh Sidya BAYO, à travers la TFM au Sénégal et à Dakar, annonçait le coup d'état et tous les sites qu'il a cités, ont connu des tensions de feux. Disons de la vérité que le Sénégal est complice et servait de taupe aux puissances occidentales pour la réussite de ce coup d'état qui a connu un échec total. Dire que le Sénégal ne peut pas être mêlé à ça, est dire pour dire mais aucun gambien n'est dupe pour croire à ces allégations du gouvernement sénégalais. C'est parce qu'il y a échec qu'il faut dire que le Sénégal n'est pas mêlé à ça. Cheikh Sidya Bayo est toujours à Dakar entrain de faire des agissements contre le régime gambien et il n'est pas du tout inquiété. Où sont ces ONG sénégalaises des droits de l'homme? Aliou Tine n'est là uniquement pour sauver sa poche. En Gambie les faits ne sont pas têtus à nos jours.

2.Posté par Mamadou Diouf le 02/01/2015 21:43
C'est très interessant ce que Mr. Diadiack a posté. Bein que les preuvent manquent à sa réthorique, il faut aussi souligner qu'il y a des pays (autres que les grandes puissance) qui n'ont plus la peine de mort. (Il y a même des états aux USA qui l'ont supprimée), donc comparer la constitution de la Gambie avec celle de la Chine (il y en a une?), Russie etc... c'est un petit peu exagérer.. On peux toujours réver au pied d'un arbre... Ce ne sont pas les baobabs qui manquent. (sourire)

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter