Portrait d'Abdoulaye Bathily, le nouveau médiateur de l'ONU au Burundi

L'ONU vient de nommer l’universitaire sénégalais Abdoulaye Bathily comme facilitateur de la crise au Burundi. Représentant spécial du secrétaire général de l'ONU pour l'Afrique centrale, Abdoulaye Bathily est un homme politique de gauche: il a été ministre puis député à plusieurs reprises sous Abdou Diouf et Abdoulaye Wade. Ces dernières années, Abdoulaye Bathily s'est impliqué dans la médiation de plusieurs crises sur le continent.



Abdoulaye Bathily, représentant du secrétaire général de l'ONU pour l'Afrique centrale. UN Photo/Yubi Hoffmann
Abdoulaye Bathily, représentant du secrétaire général de l'ONU pour l'Afrique centrale. UN Photo/Yubi Hoffmann
Abdoulaye Bathily est avant tout un militant marxiste. Ancien enfant de troupe formé au Prytanée militaire de Saint-Louis, Abdoulaye Bathily fait ses armes au sein du PAI, le Parti africain pour l’indépendance. Son idéal : lutter contre l’injustice et les inégalités. Des idées qu’il défendra ensuite pendant près de 29 ans à la tête de la Ligue démocratique, un parti d'obédience marxiste.
Mais l’historien Abdoulaye Bathily s’est également affiché dans les combats panafricains. Le 22 août 1985 par exemple, Abdoulaye Bathily est arrêté lors d’une marche anti-apartheid organisée à Dakar, en soutien à Nelson Mandela.
Formé en Grande-Bretagne, sa maîtrise de l’anglais lui permet de nouer de liens avec d’autres leaders du continent, tels que le Tanzanien Julius Nyerere. Ses partisans se souviennent aussi des liens étroits tissés avec la classe politique kényane.
Avant de quitter la vie politique sénégalaise, Abdoulaye Bathily s’est vivement engagé dans le « Mouvement du 23 juin », qui était opposé à un troisième mandat de l’ex-président Abdoulaye Wade.
Depuis une dizaine d’années, ce professeur d’histoire participe à plusieurs missions de règlement de crise sur le continent, notamment au Mali et en Centrafrique. Abdoulaye Bathily, 68 ans, succède à l'Algérien Saïdi Djinnit, récusé par l'opposition burundaise, au poste de facilitateur dans la crise que traverse le pays.

Rfi.fr

Dimanche 21 Juin 2015 - 05:59



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter