Pour Kadhafi, l'ONU "n'est qu'un décor"

Ce mercredi, les chefs d'Etats se succèdent à la tribune de l'Assemblée générale de l'ONU, à New York. Après Lula et Obama, Kadhafi... A suivre sur LEXPRESS.fr.



Pour Kadhafi, l'ONU "n'est qu'un décor"
Premier discours du président américain à cette tribune (16h, heure française), suivi de celui du Guide libyen qui vient pour la première fois à l'ONU en 40 ans de pouvoir, sous-entendus possibles entre Nicolas Sarkozy (18h30) et Mahmoud Ahmadinejad (après minuit), absence du président hondurien officiel Manuel Zelaya programmé comme orateur alors qu'il a été renversé...
Autant d'événements à guetter, ce mercredi après-midi, au siège de l'ONU... et sur LEXPRESS.fr. En attendant, le programme de la journée est accessible sur le site de l'ONU.

Des Nations unies... unies et un nouvel ordre multilatéral

Ban Ki-moon, secrétaire général de l'ONU, a ouvert ce mercredi à New York l'Assemblée générale de l'ONU en appelant ses membres à répondre unis aux défis du climat, du nucléaire et de la pauvreté. "S'il y a jamais eu un bon moment pour agir dans un esprit multilatéral renouvelé, c'est bien maintenant".

Le bal des chefs d'Etat à la tribune de l'ONU est ouvert par le président brésilien Lula qui, lui aussi, appelle de ses voeux un "nouvel ordre mondial multilatéral et moins assymétrique, encadré par des institutions démocratiques".

Barack Obama présentait son premier discours à l'ONU. Il a détacher quatre
Barack Obama présentait son premier discours à l'ONU. Il a détacher quatre
Lula demande que les pays pauvres soient mis pris en compte. Face à la crise économique: "Ce n'est pas juste que les pays pauvres ou en développement paient le prix fort. Ils doivent avoir plus de poids au FMI ou à la Banque mondiale, sinon une nouvelle crise, plus terrible encore, sera inévitable". Mais aussi face au changement climatique: "La résistance des pays riches à prendre leur part du fardeau dans la lutte contre le changement climatique nous inquiète".

Le président américain Barack Obama a lui aussi appelé à une "nouvelle ère de coopération multilatérale" pour faire face aux défis de la planète. "Parce qu'est venu le moment pour le monde de prendre une nouvelle direction, nous devons ouvrir une nouvelle ère de coopération multilatérale, basée sur un intérêt et un respect mutuels"

Crise économique et G20


A la veille du sommet du G20 qui s'ouvre jeudi à Pittsburgh, le président américain a affirmé que ce sommet devait permettre de renforcer la réglementation de tous les centres financiers.

Conflit israélo-palestinien

Les Etats-Unis "ne reconnaissent pas la légitimité de la poursuite de la colonisation israélienne", a déclaré mercredi le président américain Barack Obama.

Dossiers nucléaires

Pour le président américain Barack Obama, l'Iran et la Corée du Nord, avec leurs activités nucléaires, sont sur une "pente dangereuse" pour le monde.

Le président iranien Mahmoud Ahmadinejad doit monter mercredi soir (après minuit, heure française) à la tribune de l'ONU. Ses collaborateurs ont promis que le dirigeant ultra-conservateur, qui a multiplié les rodomontades et les provocations envers l'Occident ces derniers jours, devait délivrer un "message de paix".

Le président de la Corée du Sud qui doit s'exprimer plus tard ce mercredi reviendra certainement sur le dossier nord-coréen.

Le président libyen Mouammar Kadhafi à la tribune de l'ONU pour un discours assez laborieux...(Reuters)
Le président libyen Mouammar Kadhafi à la tribune de l'ONU pour un discours assez laborieux...(Reuters)
Le cas Kadhafi

Pour son premier passage à la tribune de l'ONU en 40 ans de pouvoir, le colonel Kadhafi a été présenté par tous ses titres, y compris celui de "roi des rois d'Afrique". Il a commencé son discours, après un moment de flottement dans l'Assemblée générale, par des références au préambule de la Charte des Nations unies, texte à la main.

"Ceci n'est qu'un décor, c'est un peu Hyde Park [connu pour son "coin de l'orateur", ndlr] vous faites un discours et vous disparaissez!", a-t-il lancé à l'assistance, appelant à respecter le principe d'égalité entre les Etats. "Pourquoi certains ont-ils le droit de veto? Ou un siège de membre permanent au Conseil de sécurité?", a-t-il répété sur tous les tons, semblant parfois perdre le fil de son discours, entrecoupé de pauses. "Le Conseil de sécurité devrait être rebaptisé Conseil de terreur!", a-t-il ajouté en dénonçant une "situation injuste".

Allusion à la crise hondurienne

Le président brésilien Lula a été applaudi lors qu'il a évoqué la crise hondurienne... alors que le président déchu Zelaya se trouve justement à l'ambassade du Brésil de Tegucigalpa. "Sans volonté politique de la communauté internationale, il y aura d'autres coups d'Etat. Le pouvoir doit être remis à Zelaya."

L'Express

Mercredi 23 Septembre 2009 - 15:54




1.Posté par Samuel Cubaka Mulashe le 24/09/2009 11:06
QU'on l'aime ou qu'on le deteste, le Guide Libyen a lance a ce fameux conseil de securite ses quatre verites.
Nous qui vivons dans les pays continuelles en conflits en savons plus.
Merci a Kadhaffi.

2.Posté par TSHITENGE KALALA le 02/10/2009 15:39
il a était vraiment génial, ce genre de dirigeant nous en avons vraiment besoin en afrique
Mobutu les avait aussi durement corrigé dans son discours à l'ONU
nnous ne voulons plkus des dirireant flatteurs qui ne cherchent qu'à conserver leur poste
avec la complicité des ojccidentaux et des américains
bravo Kadhafi tu a été génial

3.Posté par zerika le 19/04/2010 23:22
il a ete directe les usa et ce barbare de sarko sont dans la ligne de mire des musulmans du monde entier si un message claire de kadhfi au monde occidentale et aussi un message pour isreal merci ahmednajad merci kahdafi .

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter